Haiti

Monde: Violent affrontement entre Haïtiens et la police dominicaine (video)

SANTO DOMINGO, RD – Lundi, la Police dominicaine a dispersé violemment un groupe d’haïtiens sans papiers qui essayaient d’entrer par la force au siège du Ministère de l’Intérieur et de la police, à Santo-Domingo.

Les immigrants, dont plusieurs coupeurs de canne à sucre, exigeaient qu’on leur remette des documents garantissant leur séjour légal en République Dominicaine après le 17 juin, date limite d’inscription au Plan National de Régularisation des Étrangers (PNRE) qui se termine mercredi à 7:00 p.m.

Les agents chargés de la sécurité du bâtiment, ont formé un cordon pour bloquer le passage à une foule d’haïtien en colère. En raison du refus des manifestants de se soumettre à l’ordre et de se disperser volontairement, les policiers ont frappé à l’aide de bâton plusieurs d’entre eux, ont tiré des gaz lacrymogènes et tiré des coups de feu en l’air.

Durant les affrontements, une femme enceinte haïtienne, identifié comme Marie-Louise, incommodé par les gaz lacrymogène a dût être transporté à la maternité Notre-Dame d’Altagracia.

Alors qu’il ne reste que 48 heures avant le délai fixé dans le PNRE, le Chancelier dominicain, Andrés Navarro, a déclaré lundi, que les informations de déportation massive d’haïtiens vivant illégalement en territoire dominicain n’était sont pas fondées

« Il y a eu un malentendu. Ce qui se termine le 17, c’est l’enregistrement des personnes dans le Plan, c’est tout ce qui va se passer. Le 18 juin nous n’allons pas commencer les déportations […] il y aura un délai de 45 jours pour ceux qui n’auraient pas compléter leur dossier »

Après les 45 jours, commencera le protocole d’expulsion dans une situation ordinaire, ce qui signifie qu’il n’y aura rien de massif, pas de persécution des gens pour les jeter hors du pays. Les procédures d’expulsion ce feront dans les heures du jour et en coordination avec le gouvernement haïtien pour leur remettre les personnes.

« Quand une personne sera arrêté, un dossier sera créé, qui comprendra entre autres des données biométriques, qui ensuite sera remis aux autorités haïtiennes. Tout ceci sera effectué au cas par cas, ce qui est une autre indication qu’il n’y aura pas de déportations de masse » a expliqué le Chancelier.

Ruben Dario Paulino Sem, le Directeur de la migration dominicaine, a précisé que le délai de 45 jours, évoqué par le Chancelier Andrés Navarro, est un délai administratif prévu dans la loi et non un moratoire général. Ce délai ne bénéficiera qu’à ceux qui se sont enregistrés au PNRE.

Les personnes en situation irrégulière qui ne disposent pas de documents ou qui ne se seront pas enregistrés au plus tard le 17 juin 2015, seront susceptibles d’être interpellés et éventuellement expulsés à compter du jeudi 18 juin.

Une nuance qui semble avoir été mal comprise, tant au niveau des demandeurs de régularisation que du gouvernement d’Haïti, qui a parlé d’un « moratoire de 45 jours ». Ruben Dario Paulino Sem a rappelé qu’il avait des instructions du Président Médina pour faire en sorte, qu’il n’y ait pas d’abus dans le cadre du plan de rapatriement, ni de violation des droits des migrants sans papiers.

Toutefois, il a souligné que les autorités dominicaines seront fermes dans l’application des lois et règlements du pays dans le renvoi des illégaux dans leur pays d’origine.

Source/Haiti Libre
Photo/Noticia Libre
Video/endominicana.net
www.anmwe.com

1

To Top