Crime

Monde: Une migrante haitienne séparée de son nouveau-né est victime de brutalité policière

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

MENDOZA, Argentine – Une situation scandaleuse a été vécue ces jours-ci à Mendoza, où l’hôpital de Lagomagiore, où des responsables du corps administratif local ont enlevé le fils nouveau-né à une femme haïtienne qui venait d’accoucher à l’hôpital.

L’explication officielle était que la femme immigrée “ne pouvait pas accréditer les moyens de le maintenir”. Cela viole ouvertement la loi 26.061 des droits de l’enfant et de la mère, dans l’Art.41 inc.F interdit expressément de séparer un enfant de sa famille en raison du manque de ressources et établit de garantir aux femmes des conditions justes et équitables pour le développement de leur enfant.

La femme a résisté à l’enlèvement de son fils alors la police est intervenue violemment, la femme qui, dans la lutte, a mordu un médecin. Lorsque l’affaire a été révélée, les autorités et le corps médical ont révélé aux médias locaux que la femme était porteuse du VIH, stigmatisant les femmes et violant leur vie privée. Le gouvernement et certains médias locaux ont repris à leur compte les informations diffusées, alimentant une campagne médiatique stigmatisante contre cette citoyenne haïtienne, affirmant qu’elle ne résistait pas à l’enlèvement de son fils.

Après cette action répugnante de la part de la police, de l’hôpital et du ministère de la Sécurité, la femme a été littéralement transférée des cheveux à l’hôpital Pereyra, bien que des journalistes de différents médias aient communiqué avec le dit hôpital sans confirmer que la femme était là. Une femme qui se trouvait à Lagomagiore a enregistré avec son téléphone le transfert violent:

Au lieu de chercher une solution pour la femme et son fils, ils la stigmatisent, la maltraitent et la séparent de son fils, enfreignant les lois qui protègent à la fois la mère et son enfant. Le discours xénophobe qu’ils tentent de mettre en place par le gouvernement se traduit par ces attaques brutales contre les immigrés.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/La Izquierda Diario
Photo/capture d’écran
www.anmwe.com

To Top