Haiti

Monde: Plusieurs législateurs américains insatisfaits de la prorogation du TPS pour seulement 6 mois

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

WASHINGTON DC – Plusieurs législateurs américains sont insatisfaits de la prorogation pour seulement 6 mois du Temporary Protected Status pour les migrants haïtiens.

Pour la Congressiste Yvette D. Clarke il s’agit d’une extension inadéquate de ce Programme. « Je suis profondément déçu par le refus du Department of Homeland Security (DHS) de fournir une extension complète de 18 mois de ‘Temporary Protected Status (TPS)’ pour les ressortissants haïtiens vivant aux États-Unis. Une coalition bipartite au Congrès, ainsi que des militants des droits de l’homme et des membres éminents de la communauté internationale, s’était réunie pour soutenir une extension complète, précise t-elle dans un communiqué.

Elle estime que le TPS constitue une assistance précieuse pour Haïti. La situation en Haïti demeure précaire. Le rétablissement du pays, suite au séisme en 2010 a été gravement gênée par une épidémie de choléra et les destructions massives de l’ouragan Matthew, en octobre 2016, le plus dévastateur à avoir atteint Haïti en un demi-siècle. Le TPS fourni un soutien précieux pour le rétablissement, permettant aux ressortissants haïtiens d’ici, d’envoyer des fonds à leurs proches en Haïti. Ces envois de fonds sont essentiels à la reprise et à l’ensemble du budget du Gouvernement d’Haïti. En outre, obliger près de 60,000 personnes à retourner en Haïti imposerait un énorme fardeau aux maigres services sociaux et infrastructures disponibles localement, insiste la congressiste.

Elle se dit préoccupé par les récentes caractérisations inexactes, injustifiées et sans fondement des ressortissants haïtiens par l’administration Trump. Cette décision a été fondée sur des facteurs autres que les conditions en Haïti, le seul facteur qui aurait dû être considéré légalement, dit-elle invitant le Departement de Homeland Security à réexaminer cette décision peu judicieuse et à collaborer avec le gouvernement d’Haïti pour élaborer un plan qui contribuera de manière significative à la reprise. »

C’est également l’avis de la Congressiste Frederica S. Wilson. Elle juge que les responsables du Department of Homeland Security ne seront pas en mesure de juger de façon juste et précise la nécessité de continuer le TPS pour Haïti, à moins qu’ils ne se joignent au Congres pour une mission d’évaluation. Je suis convaincue qu’une mission d’enquête les convaincra des mérites du programme et du besoin désespéré de le poursuivre, a t- elle ajouté.

Mme Wilson considère la prorogation de 6 mois comme un soulagement estimant qu’il s’agit d’un verre à moitié vide. La réalité, c’est que dans six mois, Haïti ne sera toujours pas en mesure d’absorber et d’aider 58,000 personnes sans emploi. Il se rétablira encore du séisme de 2010 et de l’épidémie de choléra et se battra toujours pour reconstruire les dégâts considérables sur ses infrastructures après le passage de l’ouragan Matthew qui a frappé Haïti en octobre dernier, explique t-elle.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/Radio Métropole Haïti
Photo/Archives
www.anmwe.com

Congrès-américain

 

To Top