Haiti

Haiti: Transplantation d’un million de plantules d’arbres à Kenscoff et Croix-des-Bouquets

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Ce samedi 21 avril, dans le cadre du projet « Feed the Future Haïti Chanje Lavi Plantè » de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID – Haïti), en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et le Ministère de l’Environnement, l’USAID lance à Robin (commune de Kenscoff), une vaste opération de transplantation de plantules à l’occasion du Jour du Reboisement.

La préservation de l’environnement et la conservation des sols sont des piliers clés de toutes les activités du projet « Chanje Lavi Plantè » dans les bassins versants où intervient ce projet. En collaboration avec 8 Comités de Gestion des Sous-Bassins Versants (CGSBV), des organisations d’agriculteurs et les élus locaux, « Chanje Lavi Plantè » commence la transplantation d’un million de plantules d’arbres fruitiers et forestiers se trouvant dans 40 pépinières dans les communes de Kenscoff et de la Croix-des-Bouquets.

Deux millions de plantules supplémentaires seront mises en terre avant septembre 2017. L’emplacement pour transplanter les plantules est identifié dans les plans de gestion des sous-bassins versants, qui ont été rédigés en collaboration avec des membres des CGSBV. Ces plans précisent également d’autres initiatives pour protéger l’environnement et conserver le sol, comme le traitement des ravines, tout en augmentant la production agricole en introduisant des technologies innovantes (le terrassement, l’agriculture sous serre avec l’irrigation verticale goutte-à-goutte).

L’objectif du projet « Chanje Lavi Plantè » est d’augmenter le revenu de 90,000 familles en soutenant le secteur agricole afin de rendre les plaines productives plus compétitives dans ses zones d’intervention. Ce projet de trois ans vise à promouvoir l’augmentation de la productivité agricole, l’amélioration de la stabilisation des bassins versants, l’intensification des marchés agricoles et le renforcement des capacités des organisations locales. Les agriculteurs qui appliquent les meilleures pratiques peuvent gagner 2,500 dollars américains par hectare/an sur les terres irriguées, soit près de deux fois plus qu’un travailleur dans une usine.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/HaïtiLibre
Photo/Archives
www.anmwe.com

Plantules

 

To Top