Haiti

Haiti: La sécurité du Président n’a jamais été menacée selon le secrétaire général du Palais National

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Tôt ce samedi matin, les réseaux-sociaux ont été enflammés par des informations laissant croire qu’un individu non autorisé aurait fait irruption au Palais national en se servant de l’uniforme de CAT TEAM pour arriver juste devant le bureau du président de la République, armé d’un Galile. Le secrétaire général du Palais national confirme au Nouvelliste que l’« incident a été maîtrisé » et que « la sécurité du chef de l’Etat, qui ne se trouvait pas au palais, n’a jamais été menacée… »

« Les commandants d’unités sont sur place et conduisent une enquête », a confié au Nouvelliste Yves Germain Joseph. Le secrétaire général du Palais national n’a pas voulu donner plus de détails sinon que l’« incident a été maîtrisé », « le Palais national a toujours été sous contrôle, il n’y avait rien de particulier qui pouvait nuire à la sécurité du Palais national encore moins à la sécurité du président… »

M. Joseph a précisé qu’au moment de l’incident le chef de l’Etat ne se trouvait pas au Palais national. « Ni la sécurité du président ni la sécurité de personne n’a jamais été menacée », a-t-il insisté dans une interview accordée par téléphone au Nouvelliste ce samedi à 11h 26 du matin, heure locale.

Le Nouvelliste est aussi entré en contact avec la structure de communication du palais qui n’était pas encore en mesure de donner des détails sur l’incident.

Cet incident arrive dans un contexte où le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Max-Rudolph Saint Albin, a sollicité du ministre de l’Économie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon, cent millions (100 000 000.00) de gourdes pour couvrir les activités de renseignement et de la sécurité du chef de l’Etat durant les périodes allant du 1er au 18 mai prochain.

Il y a environ deux semaines de cela, la présidence avait « condamné avec véhémence une embuscade tendue le vendredi 7 avril 2017 au niveau de la commune de l’Arcahaie contre le cortège présidentiel qui revenait du département de l’Artibonite. Les mots ne sont pas assez forts pour dire toute l’ignominie de ces actes terroristes. Ces actes attentatoires à la vie du Président de la République commis par des individus non encore identifiés constituent une menace grave contre la paix publique et la sûreté de l’État », avait fulminé le Palais national.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/Le Nouvelliste
Photo/Archives
www.anmwe.com

Cat-Team

To Top