Haiti

Haiti: La Présidence qualifie de manipulation de chiffres et données, machination politique, le rapport de la CSC/CA

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Suite à la publication du rapport final d’audit (Volume II) de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) sur la gestion du fonds Petrocaribe citant le Président Jovenel Moïse dans ce qui serait « un stratagème de détournement de fonds » selon le Rapport, Guichard Doré, Conseiller en matière politique du Chef de l’État a qualifié sur les ondes d’une radio de la capitale, ces informations de « machination politique » accusant la CSC/CA d’avoir « manipulé les chiffres et les données » lorsqu’il accuse le Président d’avoir utilisé le même matricule fiscale pour au moins deux compagnies afin d’obtenir plusieurs contrats pour la réhabilitation du tronçon de route du tronçon de route Borgne – Petit Bourg de Borgne.

Doré dément que la compagnie Betexs soit la propriété du Chef de l’État et qu’elle possède le même numéro d’immatriculation fiscale affirmant que dans cette affaire Agritrans n’a reçu que 43% du financement mais a réalisé 80% des travaux.

Un démenti conforté par celui de la Direction Générale des Impôts dont le Directeur Général Miradin Morlan qui affirme que les compagnies AGRISTRANS et BETEXS qui ont bénéficié chacun d’un contrat disposent chacune de leur propre Carte d’identification fiscale, contrairement à ce qu’affirme la rapport de la CSC/CA.

Guichard Doré ne nie pas l’existence de ces deux contrats mais précise que ceux-ci concernaient des travaux différents (ce que ne reflète pas le rapport de la Cour Supérieure). Enfin, il se demande qu’elle était l’intention de la Cour Supérieure en transmettant son rapport à des médias internationaux avant de le remettre entre les mains des Présidents des deux chambres du Parlement…

Par ailleurs au Sénat, la remise du rapport d’audit final (Volume II) de la CSC/CA sur la gestion du fonds Petrocaribe et la présence du nom du Chef de l’État dans un possible détournement de fonds, n’a fait que renforcer la radicalisation des 4 sénateurs de l’opposition. Le Sénateur Antonio Chéramy alias « Don Kato » l’un des 4 sénateurs responsable du vandalisme du Sénat le 30 mai dernier et du blocage de 2 séances de ratification, le dimanche 12 mai et le mardi 14 mai affirme que lui et ses 3 autres collègues, s’opposeront dorénavant à toute ratification d’un Premier Ministre issue d’un Gouvernement impliqué dans des détournements de fonds du programme PetroCaribe, mais qu’ils attendent à la place la lettre de démission du Chef de l’État, affirmant « Tout gouvernement émanant du Président Jovenel Moise sera un gouvernement inculpé » incluant tous les sénateurs du bloc majoritaire au Sénat à titre de complices.

Source/Haiti Libre
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top