Featured

Dossier de Jean Bertrand Aristide : Lamare Belizaire rançonnait des proches de famille lavalas, selon Pierre Espérance

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

Le nom de Jean Bertrand Aristide peut resurgir à tout instant en Haïti. Ce mercredi 17 aout courant, c’est le tour de Pierre Esperance de se prononcer une fois de plus sur ce dossier judiciaire qui attend des poursuites pénales de tous ordres.

M. Esperance, responsable du RNDDH qui intervenait à notre micro l’émission Recto Verso sur Radio Trans Inter , une station de la capitale, a tiré à boulet rouge sur le système judiciaire haïtien, où, selon lui, des magistrats exigent de l’argent dans certains dossiers et les influencent, le cas de celui de Sandro Joseph, l’ancien directeur de l’ONA poursuivit aujourd’hui pour corruption.

Pierre Esperance, sans langue de bois, ne fait pas économie de ses critiques contre le système judiciaire établit en Haïti qu’il appelle de système corrompu. A ses yeux, il est anormal que des juges réclament de l’argent des particuliers dans des dossiers de très grande importance. A titre d’exemple, l’ancien juge Lamarre Belizaire prenait plaisir à rançonner des proches de Fanmi Lavalas dans le dossier vde l’ancien président de la république Jean-Bertrand Aristide, et, plus près de nous, le dossier de corruption de Sandro Joseph qui implique d’autres personnalités tels des officiels du pays, conclut-il.

Cette situation qui est inacceptable pour l’avenir et l’image de la justice, doit interpeller tous les démocrates conséquents afin de détourner de tels plans macabres. Parce qu’à force de tout ingurgiter, la République en fera les frais de ces personnes malhonnêtes.

Le défenseur des droits humains, qui se trouve au camp de ceux qui exigeaient le retrait du juge Duniel Dimanche du dossier de l’ancien directeur de l’ONA pour ses liens avec le PHTK, pense que le magistrat Dimanche avait d’autre motivation. Pour contraindre la justice à mener convenablement le procès, il incombe que Me Dimanche s’en écarte croute que croute. Toutefois, il n’écarte pas possibilité pour qu’il y ait des magistrats qui font correctement leur travail dans les prérogatives constitutionnelles.

Comme tant d’autres, à force d’observer que la justice haïtienne titube sur ses pattes pour un rien et dans des dossiers qui auraient redoré le blason du pays, nous n’avons d’autre choix que de nous écœurer et croiser nos doigts pour que le pire ne nous arrive la prochaine fois.

Jean-Bertrand-Aristide

Verna Forestal
Vernaforestal.vf@gmail.com

To Top