Haiti

Haïti: Vers un Gouvernement d’Entente Nationale?

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – La mobilisation « perte de temps » anti-gouvernementale, anti-Jovenel Moise, contre la mauvaise gouvernance, contre les dérives du pouvoir PHTK, contre les massacres dans les quartiers populaires pendant 4 ans et demi aboutira enfin, sous peu à une courte cohabitation, sans doute infructueuse, entre les anciens dénonciateurs, accusateurs, des membres de cette opposition haïtienne tellement plurielle et Jovenel Moise.

La population consciente ne pardonnera pas ces leaders de l’opposition, avides du pouvoir, ces dirigeants irresponsables et insouciants qui, des années durant, l’ont contrainte à se mobiliser et à manifester contre la terreur, la violence armée, le kidnapping, la mauvaise gouvernance, la corruption, la dilapidation des fonds petrocaribe, la tromperie, le mensonge, le vol, la peur… pour finalement lui imposer un accord de cohabitation de très courte durée qui consistera en un partage de ce qui reste du gâteau rassis, rogné avec tant de voracité par le pouvoir PHTK et ses acolytes.

Au cours de ces négociations qui doivent aboutir à la mise en place d’un gouvernement dit d’ « union nationale » tant souhaité par Jovenel Moise rien concernant le peuple, concernant Haïti n’a été discuté. Il s’agit de négociations oui « négociations » parce que la plupart des leaders politiques qui aspirent à diriger Haïti considèrent ce pays comme un négoce et se comportent comme des négociants en discutant de postes pour satisfaire à leurs intérêts personnels et mesquins.

Nous n’avons pas besoin d’experts qui viendront nous faire comprendre que ces « négociations politiques » qui accoucheront d’un gouvernement d’« Entente nationale », qui sans doute ne sera pas inclusif, ne tiennent pas en compte la situation sociopolitique actuelle, caractérisée par les violences armées, l’augmentation des cas de contamination au Covid-19, la misère atroce, la faillite de l’Etat, la dégradation de l’économie…

D’aucuns sont convaincus que ces « négociations politiques » n’ont pas été menées pour que les acteurs, parmi eux, ceux qui négocient dans l’ombre, (sa ki pa vle parèt tout kò yo) puissent faire face aux grands défis de l’heure à savoir le nécessaire désarmement de tous les gangs armés sans considération aucune, l’établissement d’un climat sécuritaire propice à l’investissement de capitaux, à la réalisation des élections par un Conseil Electoral qui inspire confiance à tous les secteurs de la vie nationale entre autres.

Les familles contraintes d’abandonner leur foyer, les entreprises victimes des derniers assauts des gangs armés dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, les victimes des différents massacres dans plusieurs quartiers populaires, les victimes des différentes manifestations populaires, ceux et celles qui exigent des explications sur la gestion des fonds du programme petrocaribe auront-ils la garantie qu’ils ne seront pas jetés aux oubliettes ?

Mobilisation « Peyi Lock », mobilisation « perte de temps » pour une courte cohabitation ! Haïti, à cause du caprice, de l’avidité, l’impatience, l’envie de certains leaders politiques, à cause de la mauvaise gouvernance, l’amateurisme, l’incapacité et l’incompétence des dirigeants, a perdu plusieurs années dans le cadre de la mise en place des institutions démocratiques.

Source/Juno7
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top