Haiti

Monde: Les preuves dans l’assassinat de Jovenel Moïse classées « sécurité nationale » par les États Unis

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

WASHINGTON DC – La justice américaine a décidé de nommer un agent de sécurité du ministère américain de la Justice pour gérer et présenter uniquement au juge fédéral Jose Martinez des « preuves sensibles », classées « sécurité nationale », afin de protéger le travail d’infiltration d’anciens informateurs du gouvernement américain soupçonnés d’avoir comploté l’assassinat du président haïtien, Jovenel Moïse, a rapporté le Miami Herald, 28 avril 2022.

Si l’ordonnance de protection dans l’affaire de Miami peut contribuer à éviter aux forces de l’ordre américaines de se retrouver dans l’embarras ou de révéler ce qu’elles ont pu savoir sur les menaces pesant sur la vie de Moïse avant son assassinat, elle ne contribue pas à améliorer l’image des États-Unis en Haïti, où des questions persistent sur ce que les responsables américains savaient du complot d’assassinat, selon cet article. Les liens de certains suspects emprisonnés avec la DEA et le FBI continuent d’alimenter les soupçons quant à l’éventuelle implication de ces agences, ce que ces dernières ont démenti, peut-on lire dans l’article du Miami Herald.

La décision des États-Unis de protéger des preuves classifiées intervient alors que l’affaire séparée en Haïti est au point mort : le mandat du quatrième juge d’instruction a expiré sans qu’aucune accusation formelle n’ait été portée contre l’un des quelque 40 suspects toujours emprisonnés à Port-au-Prince des mois après l’assassinat du président haïtien en juillet dernier.

Mais l’un des suspects qui n’est pas en détention est Arcángel Pretel Ortiz, considéré par la Police nationale d’Haïti comme “l’un des cerveaux” du complot d’assassinat du président. Pretel, un Colombien dont les liens avec l’armée de son pays natal remontent aux années 1990, serait un ancien informateur du FBI – une relation potentiellement embarrassante pour les autorités américaines, selon l’article du Miami Herald, soulignant que la décision de la justice américaine signifie que l’affaire pénale américaine pourrait devenir encore plus secrète aux États-Unis et laisser une série de questions sans réponses.

La décision de Martinez pourrait froisser les législateurs américains. Plus tôt cette année, ils ont approuvé une nouvelle politique pour Haïti qui, entre autres, exige que le Département d’État leur fournisse des informations sur l’enquête américaine en cours sur l’assassinat du président. Le président Biden a signé la loi le mois dernier dans le cadre du projet de loi omnibus sur les dépenses.

Un observateur juridique familier de l’affaire américaine a déclaré qu’il pensait que les procureurs et les agences fédérales cachaient des preuves potentiellement embarrassantes au nom de la “sécurité nationale”.

« Je pense qu’il y a une boîte de Pandore ici », a déclaré l’observateur, qui n’a pas voulu être identifié.

Pour l’instant, aucun juge haïtien n’a été désigné pour faire avancer l’affaire et, en raison de l’implication potentielle d’Haïtiens très en vue, beaucoup craignent de s’en charger.

« Je pense que c’est un problème », a déclaré un ancien juge d’instruction haïtien, qui n’a pas souhaité être identifié en raison de la nature sensible de l’affaire. L’ex-juge a dit qu’il craint que les États-Unis utilisent l’ordonnance de protection “pour donner une couverture à certaines personnes”.

« Quand on regarde le rapport de la [police d’investigation haïtienne], les obstacles dans l’affaire avec la collecte d’une série d’informations … je frémis à l’idée qu’il y a un groupe de personnes qu’ils essaient de protéger lorsqu’ils ont pris cette décision », a déclaré le juge. « Il devait y avoir une complicité internationale ; un président est mort ».

L’avocat de Reynaldo Corvington, Samuel Madistin, a décrit une réunion présumée dans une lettre de cinq pages l’été dernier, après que son client a été arrêté dans le cadre du complot avec son gendre.

La délégation de six personnes qui aurait rendu visite à Corvington et prétendues être des représentants du gouvernement américain comprendrait James Solages, un ancien agent d’entretien du comté de Palm Beach qui a quitté son emploi pour travailler pour le Counter Terrorist Unit (CTU), une société de sécurité de la région de Miami, et Joseph Vincent. Également haïtien américain, Vincent était autrefois un informateur de la DEA ayant la réputation de se faire passer pour des agents fédéraux américains en Haïti, selon le Miami Herald.

Madistin, selon le Miami Herald, a déclaré que la décision du juge américain de classer certaines informations secrètes est “anti-démocratique”.

« La justice est un pilier de la démocratie et en matière de justice, lorsqu’un crime a été commis, la première obligation de l’État est de rétablir la vérité”, a déclaré Madistin. “C’est la chose la plus importante”.

Madistin, qui a révélé l’histoire dans la lettre de cinq pages peu de temps après l’arrestation de son client, aimerait savoir plus sur la relation que Vincent et d’autres informateurs avaient avec les autorités américaines, et sur ce qui aurait pu motiver un récit apparemment aussi farfelu. Mais en vertu de l’ordonnance de protection des États-Unis dans l’affaire du tribunal fédéral de Miami, il ne le saura peut-être jamais.

« Je veux connaître toute la vérité sur cette affaire », a déclaré Me Madistin.

Madistin craint que la décision de mettre sous scellés des informations classifiées dans l’affaire de Miami ait des répercussions négatives en Haïti, où les États-Unis exercent une influence politique considérable et ont participé à la reconstruction d’un système judiciaire dysfonctionnel.

« Haïti regarde toujours beaucoup de choses qui se passent aux États-Unis comme un modèle”, a déclaré Madistin. C’est un modèle négatif que les gouvernements haïtiens vont essayer d’imiter. Donc cela rendra la justice haïtienne plus redevable à l’exécutif qu’au public qu’elle ne l’est déjà aujourd’hui.»

Source/Le Nouvelliste
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top