Haiti

Monde: Les autorités douanières dominicaines font la leçon aux douaniers haïtiens

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

SANTO DOMINGO – Pendant que les autorités douanières dominicaines vantent fièrement les actions de leur gouvernement qui travaillent concrètement dans les zones frontalières pour combattre la contrebande, elles égratignent au passage celles d’Haïti qui se terrent dans leur immobilisme. la contrebande fait perdre chaque annee 350 millions de dollars à Haïti. Dans un communiqué publié ce lundi 1er avril 2019, la Direction générale des douanes dominicaines (DGA) affirme qu’elle attend une coopération dynamique de son homologue haïtien.

« La contrebande, ce mal qui touche les frontières de par le monde, a été et demeure aujourd’hui encore une priorité pour la DGA, en République dominicaine, non seulement parce qu’elle entrave les recettes fiscales de l’État, mais aussi parce qu’elle affecte le commerce légal », souligne ce communiqué publié sur le site web de la DGA. L’homologue de l’Administration générale des douanes (AGD) attire l’attention sur la découverte de centaines de téléphones portables et de paquets de cigarettes à la frontière haïtienne au cours des dix derniers jours. Ce genre de situations doit mettre en évidence la nécessité de contrôle et justifie du même coup les actions menées par les différentes agences de sécurité et les douanes.

Ces manquements ont aussi évidemment un certain impact sur la douane haïtienne, à laquelle la DGA dominicaine a manifesté et offert une collaboration, qui s’est traduite par la signature d’accords signés à des dates distinctes, dans le cadre de la coopération douanière (2014) et d’échange d’informations (2017). Ladite coopération vise à fournir des informations par voie électronique aux autorités haïtiennes. Cependant, depuis deux ans, la DGA attend que son homologue haïtien soit prêt à développer cette dynamique.

Le 1er février, s’est tenu la première vidéoconférence de cette année. Les nouvelles autorités douanières haïtiennes ont rencontré leurs voisins et certaines actions ont été définies pour relancer la mise en œuvre de l’accord tel que prévu dans le cadre de cette coopération douanière.

La DGA précise que les 26 et 27 mars de cette année, deux vidéoconférences ont eu lieu avec la douane haïtienne en vue de l’approbation de la proposition de travail 2019 qui fait partie du Programme de coopération binationale Haïti – République dominicaine. Une sous-composante financée par le XIe Fonds européen de développement (11e FED), qui comprend une proposition du protocole pour l’inspection commune des administrations des douanes des deux pays et la formation à la gestion coordonnée des frontières, afin d’améliorer les contrôles et de faciliter le commerce.

D’autres actions spécifiques de la DGA, qui n’avaient jamais été mises en œuvre, ont été la création d’une unité de renseignement des douanes qui suit les transits internationaux pour livrer, directement aux autorités haïtiennes, la documentation relative aux marchandises, ceci, pour mieux faciliter la perception des droits et impôts du côté haïtien. « Mais tous ces efforts nécessitent la participation des deux côtés, la continuité des actions pour mener à bien cette tâche, ce qui ne s’est pas passé comme prévu », regrette la DGA.

« Entre-temps, les douanes dominicaines suivent le rythme de leurs actions visant à appliquer les mesures de correction nécessaires sur notre territoire. Les installations de la DGA et du nouveau poste interinstitutions douanières, situées à Carrizal et à Elías Piña, sont le fruit d’un travail commun entre le ministère dominicain de la Défense et les douanes. Plusieurs réunions ont eu lieu avec des officiels et des personnes évoluant dans le commerce, mais aussi avec des Haïtiens, afin de partager avec eux l’impact positif que cette coopération qui représente sécurité, fluidité, contrôle du commerce et du transport de passagers.

La contrebande à la frontière entre Haïti et la République dominicaine fait perdre à l’Etat haïtien près de 350 millions de dollars annuellement. Lors du minisommet USA-Haïti tenu à Palm Bay en Floride, le 22 mars 2019, le Center for strategic and international studies (CSIS) a présenté les résultats d’une étude et a fait une série de recommandations aux États, aux pouvoirs publics, au secteur privé, à la société civile des deux pays se partageant l’île. Le travail du CSIS a été présenté en présence d’officiels américains, de deux diplomates dominicains et d’hommes d’affaires haïtiens. Les officiels haïtiens ont brillé par leur absence durant cette présentation.

En décembre 2014, sous la gouverne de Me Fresnel Jean-Baptiste, ex directeur général de l’AGD, le renforcement des capacités institutionnelles à travers un projet d’automatisation des douanes des deux pays avait été annoncé dans les zones frontalières grâce à un financement partiel de deux millions d’euros de l’Union européenne (UE). Ce projet, entre Haïti et la République dominicaine devrait comprendre, entre autres, une plateforme qui permet l’interconnexion entre le Système douanier automatisé (Sydonia) d’Haïti et le Système intégré de gestion douanière (SIGA) de la République dominicaine.

Revenant d’un séjour en terre voisine (du 30 novembre au 1er décembre 2012) à la tête d’une délégation qui comprenait deux autres membres, Fresnel Jean-Baptiste de l’AGD avait confié que la commission bipartite comprend quatre membres. La commission composée de deux experts de la douane haïtienne, Reynald Eugène et Jean Ronald Benjamin, et du côté dominicain, Eduardo Rodriguez et Heriberto Minaya, qui devaient travailler sur un plan commun. Les efforts du journal pour joindre l’actuel directeur général de l’AGD, Romel Bell, se sont révélés vains.

Source/Le Nouvelliste

Photo/Archives

www.anmwe.com

To Top