Haiti

Monde: La communauté haïtienne de Montréal se mobilise pour demander à Ottawa de rétablir un moratoire

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

MONTRÉAL, Canada – La reprise des expulsions vers Haïti inquiète vivement la communauté haïtienne de Montréal, qui se mobilise pour demander à Ottawa de rétablir un moratoire.

« Cette décision du Canada de renvoyer les gens en Haïti est inadéquate en raison de l’instabilité qui sévit dans le pays. Les conditions ne sont nullement réunies pour que les gens retournent au pays », plaide Ruth Pierre-Paul, directrice du Bureau de la communauté haïtienne de Montréal.

C’est d’autant plus inhumain, selon elle, que le Canada recommande toujours aux voyageurs canadiens d’« [éviter] tout voyage non essentiel [en Haïti] en raison des troubles civils qui sévissent à travers le pays ».

Selon Mme Pierre-Paul, « le maintien de cet avertissement justifie en soi le fait que les Haïtiens ne peuvent pas y être envoyés ».

Une quarantaine d’organismes, regroupés au sein de la Concertation haïtienne pour les migrants, adresse une pétition au premier ministre Justin Trudeau demandant de « suspendre immédiatement les ordres de renvoi des réfugiés et des demandeurs d’asile vers Haïti, et ce, pour des considérations humanitaires ». Les signataires réclament également d’inclure Haïti dans la liste des pays sous moratoire. Deux lettres ont également été envoyées pour demander une rencontre avec le premier ministre, affirme Mme Pierre-Paul, qui dit n’avoir toujours reçu aucune réponse.

« La situation actuelle ne fait qu’aggraver les risques encourus par les personnes déportées », écrivent les auteurs de la pétition, qui compte à ce jour un peu plus de 4000 signataires dans sa version électronique.

Agence des services frontaliers

En novembre dernier, l’Agence des services frontaliers du Canada avait suspendu, de façon temporaire, les renvois vers Haïti en raison des manifestations violentes qui avaient cours dans le pays. Mais les expulsions ont repris le 5 décembre dernier.

Questionné par Le Devoir, le bureau du premier ministre a dit avoir renvoyé le dossier au cabinet du ministre de la Sécurité publique, qui s’est limité à une réponse générale. « La décision de renvoyer une personne du Canada n’est pas prise à la légère, a répondu le cabinet. En raison de circonstances précises en Haïti, l’Agence des servicesfrontaliers du Canada surveille la situation de jour en jour. »

L’Agence refuse de dévoiler le nombre d’Haïtiens qui ont été expulsés depuis le 5 décembre. Mais dans les organismes, on voit des départs réguliers. « On en voit entre trois et cinq par jour, des familles qui viennent nous voir avec le papier les convoquant pour fixer leur date de renvoi, explique Marjorie Villefranche, de la Maison d’Haïti. C’est difficile pour nous de les voir partir, surtout les enfants… »

On en voit entre trois et cinq par jour, des familles qui viennent nous voir avec le papier les convoquant pour avoir leur date de renvoi

— Marjorie Villefranche

Si les organismes perdent généralement la trace de ceux qui sont rentrés au pays, certains de ces derniers donnent encore des nouvelles : « On a parlé à quelques familles ; ça ne va pas très bien, elles sont extrêmement déprimées, raconte Mme Villefranche. Elles n’ont plus de maison, plus rien là-bas, alors elles habitent chez des connaissances ou de vagues parents qui vont peut-être les tolérer quelque temps, parce qu’ils ne sont pas très riches non plus. »

Québec

Andrés Fontecilla, député de Québec solidaire, affirme recevoir beaucoup d’appels et de visites d’Haïtiens désespérés à son bureau de circonscription, dans Laurier-Dorion, qui couvre les quartiers Villeray, Saint-Michel et Parc-Extension. « Même si c’est de compétence fédérale, on essaie de faire ce qu’on peut pour les aider. »

M. Fontecilla espère que le fédéral saura faire preuve de « plus d’humanité » et souhaite que ses collègues de Québec fassent davantage pression sur Ottawa. « Les députés du Québec devraient se prononcer », affirme-t-il.

Au bureau du ministre de l’Immigration du Québec, on répond que le dossier « relève strictement du gouvernement fédéral ». On ajoute qu’on « [suit] la situation de près » et qu’on « [maintient] les liens de communication avec les organismes qui offrent des services à la communauté haïtienne ».

Source/Le Devoir

Photo/Archives

www.anmwe.com

To Top