Haiti

Haiti: Wilson Jeudy « Je suis un serviteur de l’État et j’ai honte »

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Suite aux émeutes du 6 au 8 juillet, la mairie de Delmas a été la première institution publique à nettoyer les rues. La seule aussi à envoyer des pompiers circonscrire l’incendie au marché Curaçao, le 13 juillet. Derrière cette efficacité se trouve un homme : Wilson Jeudy, déterminé à faire de sa commune la plus efficace et la plus belle du pays ; ce, malgré les dégâts enregistrés pendant les évènements dramatiques du début du mois. Il s’est confié à Nancy Roc.

Il est partout en action. C’est d’ailleurs le slogan de l’institution qu’il dirige : « La Mairie de Delmas en action ». La commune qu’il gère a été très affectée par les dernières émeutes, en particulier les routes toutes neuves construites par la mairie. « Delmas est la commune qui a été la plus touchée, particulièrement les rues, car il y avait des barricades partout. Même à pied on ne pouvait pas passer », nous dit-t-il en entrevue. « Ce sont les routes surtout qui ont été endommagées car une fois qu’on brûle un pneu, il n’y a plus d’asphalte », explique le maire Wilson Jeudy. Les estimations sont en cours pour déterminer la totalité des dommages enregistrés dans la commune de Delmas.

« Les dégâts sont énormes et cela me fait mal au fond du cœur. J’en suis d’autant plus bouleversé que je ne peux pas répondre à tout cela devant mes contribuables. Je n’ai même pas encore eu le temps de leur demander de me pardonner car, pour moi, c’est une lâcheté de dire çà. L’État ne peut pas juste dire qu’il est désolé face à de tels événements. Le terme « désolé » est bien trop faible pour justifier de telles pertes. L’État doit être responsable mais il n’assume pas ses responsabilités vis-à-vis de sa population et c’est un constat dur. Je suis en train de tout faire pour réparer les dégâts mais je n’ai pas encore assez d’audace pour aller à la rencontre de mes contribuables et leur présenter des excuses, au nom de l’État, les yeux dans les yeux », se désole-t-il, en ajoutant « parce que je suis un serviteur de l’État et que j’ai honte ».

Rappelons que, durant les émeutes, la population et les entreprises, ont été laissées à elles-mêmes. La police était absente dans les rues et le président de la République n’est intervenu que 48h après les saccages et pillages pour demander aux manifestants et casseurs de rentrer chez eux. Ces émeutes et leurs conséquences désastreuses pour l’image du pays et son économie ont entrainé la chute du premier ministre, Jack Guy Lafontant, qui a remis sa démission le samedi 14 juillet 2018.

Un exemple à suivre
On peut d’autant plus comprendre ce que ressent Wilson Jeudy, lorsque l’on constate que, sous ses deux mandats, Delmas est devenue la commune la plus propre et la plus organisée du pays. Son premier citoyen a réalisé de vraies prouesses que l’État central n’a pas su ou voulu faire en 32 ans, depuis la chute de la dictature Duvalier : traçage routier et asphaltage de près de 20 km de routes sur les 28 km2 qui constituent la commune de Delmas, déploiement d’infrastructures, installation de panneaux solaires dans les rues, création d’espaces de loisirs, installation d’une base d’énergie solaire à Delmas 75 alimentant 24 feux de signalisation entre Delmas 75 et Delmas 83; on ne compte plus les réalisations de Wilson Jeudy en un temps record. Pour obtenir de tels résultats dans un pays connu pour son insalubrité et le chaos généralisé de ses rues, il faut exercer « autorité, rigueur, discipline pour servir la population même si on se fait des ennemis », déclare l’édile de Delmas.

Mais pour arriver à rendre la commune de Delmas aussi propre et attractive, Wilson Jeudy s’est aussi attaqué à la corruption au sein de la mairie. « J’ai dû faire un tri parmi les employés car certains travaillaient en réseaux. J’ai dû aussi prendre, à plusieurs reprises, des décisions qui n’étaient pas faciles comme renvoyer des employés ou fermer le service de la fiscalité en maintes fois pour restructuration. Il y a eu beaucoup de grogne mais il fallait purger », explique-t-il.

Pour arriver à cette purge, dans un pays corrompu comme Haïti – qui occupe le 157ème rang sur 180 pays dans le classement 2017 sur l’Indice de perception de la Corruption de l’ONG Transparency International- le premier citoyen de la ville de Delmas avoue avoir été obligé d’instaurer « la peur, la crainte et le respect », par ses mesures drastiques. Cela a donné des résultats immédiats : selon le maire, les recettes de 93 millions de gourdes (près de 1,4 million de dollars américains) perçues en 2006 avant ses deux mandats est passé aujourd’hui à 650 millions de gourdes, soit presque 10 millions de dollars américains). Un record qui a permis à la mairie de Delmas d’être enfin autonome et de fournir des services à la population.

Aujourd’hui, elle dispose d’une flopée d’engins lourds, entre autres : 4 camions de pompiers et 2 camions de citernes d’eau qui permettent aux premiers de se déplacer avec 10,000 gallons d’eau ; 15 compresseurs de bennes, 4 bennes balayeuses, 11 camions à bascule, 3 camions d’eau pour le nettoyage des rues, 4 camions chargeurs. Tout ce matériel – acheté aux États-Unis – est de seconde main, « pour économiser sur les dépenses », précise Wilson Jeudy. La mairie de Delmas, qui compte 750 employés, a également fait construire deux écoles communales, une bibliothèque, dix marchés publics et plus de trente ponts de ralliement de routes.

Jusqu’à preuve du contraire, Monsieur Wilson Jeudy n’a pas à avoir honte, mais peut être fier de ses réalisations au profit de la population de Delmas. Espérons qu’il poursuivra sa tâche ardue, certes, mais primordiale dans un pays où la plupart des institutions publiques n’offrent même pas de services de base.

Source/Vant Bef Info
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top