Haiti

Haïti : L’ONU et alliés s’inquiètent des retards dans la conclusion du processus électoral

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la situation en Haïti, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour le pays, Sandra Honoré, a fait part sa vive inquiétude face aux retards constatés dans la mise en œuvre du retour à l’ordre constitutionnel dans les délais impartis, s’agissant notamment de la conclusion du processus électoral entamé en 2015.

« Après l’interruption du processus électoral entamé en 2015, Haïti se trouve à un moment critique de son processus de démocratisation », a déclaré Mme Honoré, ajoutant que les prochaines semaines seront déterminantes pour la consolidation démocratique du pays.

Le 25 octobre, a rappelé la Représentante spéciale, Haïti a organisé le deuxième des trois tours électoraux initialement prévus en 2015. À la suite de ces élections, 14 sur 20 sénateurs et 92 sur 119 représentants de la Chambre basse ont été élus, ce qui a permis au Parlement de reprendre son fonctionnement le 11 janvier 2016, après avoir été dysfonctionnel pendant toute une année, durant laquelle le pays a été gouverné par décret.

« Cette dynamique positive a pris fin avec le report du troisième tour électoral, dans un contexte de tensions et d’insécurité croissante suite à des allégations de fraudes. Le risque d’un nouveau vide politique a été évité par la conclusion d’un accord, le 5 février, entre l’ancien Président [Michel] Martelly et les Présidents des deux chambres du Parlement », a indiqué Mme Honoré.

Cet Accord, a rappelé la Représentante spéciale, fournit une feuille de route pour la continuité du pouvoir, suite au départ de M. Martelly avant la fin de son mandat présidentiel, le 7 février. L’Accord appelait également l’Assemblée nationale à élire de manière indirecte un Président provisoire pour une période maximale de 120 jours, à nommer un Premier ministre et un gouvernement de consensus et à rétablir le Conseil électoral provisoire, afin de terminer le cycle électoral dans le cadre d’un troisième tour, le 24 avril 2016.

« Malgré les nombreux efforts déployés par les personnes responsables de la mise en œuvre de l’Accord, les tensions persistent et la classe politique ne parvient toujours pas à s’unir derrière une vision commune du processus politique », a déploré Mme Honoré, ajoutant que si le Parlement du pays a bien élu, le 14 février, un Président provisoire en la personne de Jocelerme Privert, depuis plus de trois semaines, aucun consensus ne se dégage pour la nomination d’un Premier ministre et d’un gouvernement de consensus.

Parallèlement, a déclaré la Représentante spéciale, des mesures ont été prises pour identifier les membres du nouveau Conseil électoral provisoire, mais le rétablissement du Conseil est au point mort, en attendant la confirmation d’un Premier ministre et de son gouvernement.

« Les retards accumulés à la fois dans la confirmation du Premier ministre et le rétablissement du Conseil électoral provisoire, ainsi que l’incertitude qui pèse sur la vérification du processus électoral de 2015, entravent non seulement la mise en œuvre de l’Accord et du processus électoral dans le délai imparti de 120 jours, mais risquent également d’empêcher un retour rapide à l’ordre constitutionnel complet », s’est inquiété Mme Honoré, ajoutant qu’une crise politique remettrait en cause les gains de stabilisation du pays obtenus au cours des dernières années.

Dans un communiqué de presse conjoint, publié la veille, Mme Honoré et les membres de la communauté internationale en Haïti, représentés au sein du ‘Core Group’ (les Ambassadeurs du Brésil, du Canada, de la France, de l’Espagne, des Etats-Unis, de l’Union européenne, et le Représentant spécial de l’Organisation des Etats américains) s’étaient également déclarés fortement inquiets par les « retards observés dans la mise en œuvre de l’Accord du 5 février, qui établit une feuille de route visant au retour à l’ordre constitutionnel dans les délais impartis ».

L’ONU et ses partenaires en Haïti avaient exhorté le Parlement à « jouer pleinement son rôle dans la mise en œuvre de l’Accord du 5 février en procédant, sans délai, à un vote sur l’Enoncé de politique générale du Premier ministre, afin de faciliter la conclusion du processus électoral ».

Tout en insistant sur l’importance fondamentale de rétablir rapidement l’ordre constitutionnel par la conclusion du processus électoral entamé en 2015, conformément à l’Accord du 5 février, l’ONU et ses partenaires en Haïti avaient appelé tous les acteurs à ne ménager aucun effort pour assurer sa mise en œuvre, « dans l’intérêt du peuple haïtien et de son droit de choisir ses dirigeants et ses représentants par des élections ».

POUR PLUS DE DÉTAILS, CLIQUEZ SUR LE LIEN

Source/Minustah
Photo/Archives
www.anmwe.com

Sandra-Honore

To Top