Haiti

Haiti: L’État et nos élites face à leurs responsabilités

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Les événements du week-end écoulé ont confirmé l’hypothèse que nos autorités sont déconnectées de la réalité. La gestion de l’après catastrophe prouve, jusqu’ici, qu’elles n’ont rien appris des émeutes. Il semble que nos dirigeants veulent continuer les mêmes pratiques qui ont abouti aux malheureux événements. Dans d’autres pays où les autorités sont responsables, il y aurait déjà des décisions sévères. Jusqu’ici, personne ne reconnaît sa faute. Personne ne démissionne. Personne n’est renvoyé. Pourtant, il est clair que ceux qui sont payés pour faire bien fonctionner nos institutions ont failli à leur mission. Ils ont provoqué les émeutes et laissé pourrir la situation pendant deux jours. Pour le malheur de la nation. Aujourd’hui, dans une économie déjà en lambeaux, personne ne sait combien de familles perdent leurs moyens de subsistance. A cela, il faut ajouter les morts et les blessés. Le plus grave, le pays en est sorti plus que jamais divisé. Les postes sur les réseaux sociaux en disent long.

Les causes ayant provoqué les tristes événements du week-end écoulé sont profondes et nombreuses. L’augmentation des prix des produits pétroliers à la pompe, comme le suggèrent déjà de nombreuses interventions, n’était qu’un prétexte. La grande misère dans laquelle patauge la majorité de la population haïtienne, la mauvaise gouvernance et les criantes inégalités sociales qui caractérisent notre société sont parmi les causes fondamentales. Plus de deux cents ans après notre indépendance, trop d’Haïtiens ne mangent pas à leur faim, trop d’enfants ne vont pas à l’école, trop de jeunes en âge de travailler sont au chômage. Voilà la triste réalité que nos dirigeants et nos élites doivent regarder en face.

Après les émeutes du week-end dernier, rien ne montre que nous sommes sur la voie d’une prise de conscience. La séance de ce samedi offrira aux députés la possibilité de montrer s’ils veulent continuer à être une partie du problème ou un élément de solution. Si les députés choisissent de maintenir le gouvernement Lafontant, ce sera la preuve qu’ils sont incapables de prioriser l’intérêt collectif sur les leurs. Si les élus du peuple acceptent de prendre leur courage à deux mains pour renvoyer le gouvernement, ils mettront le président Jovenel Moïse et la classe politique face à leur responsabilité, celle de doter le pays au plus vite d’un gouvernement capable d’aborder les grands maux auxquels le pays fait face. Pour y arriver, il va falloir un dépassement pour ne plus voir la formation d’un gouvernement comme un gâteau dont chaque secteur veut prendre le plus gros morceau.

Les récents événements ne sont pas les premiers que le pays a connus. Ils peuvent être les derniers si nous choisissons d’attaquer les problèmes qui les alimentent. Cela exigerait que la minorité qui détient les richesses du pays accepte d’investir dans des filières qui peuvent aider à la relance de l’économie et générer des emplois. Il revient aux responsables de l’État de garantir la bonne marche des institutions en vue de mettre les investisseurs en confiance. Trop souvent oubliée dans les critiques sur la mauvaise gestion du pays, la société civile dans toutes ses composantes doit jouer son rôle de chien de garde. Elle doit accompagner la population dans la lutte pour le respect de ses droits tout en sachant qu’elle a aussi des devoirs. Chaque secteur a l’obligation d’agir vite, car la situation est explosive.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/Le Nouvelliste
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top