Haiti

Haiti: L’alerte des évêques «Le pays est au bord de l’abîme»

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – En Haïti, la situation socioéconomique se dégrade de jour en jour, à tel point que le gouvernement a déclaré début février l’état d’urgence économique. La

PORT-AU-PRINCE – En Haïti, la situation socioéconomique se dégrade de jour en jour, à tel point que le gouvernement a déclaré début février l’état d’urgence économique. La Conférence épiscopale du pays s’est quant à elle exprimée dans un message appelant toutes les composantes de la société à réagir, «au prix de grands sacrifices».

Haïti s’embrase depuis le début du mois. La révolte des habitants, qui dénoncent l’inflation et réclament la démission du président, donne lieu à des scènes de chaos: magasins pillés, voitures brûlées, évasions de prisons… Au moins 6 personnes auraient trouvé la mort depuis la mobilisation nationale de l’opposition le 7 février, qui a été suivie d’autres manifestations spontanées dans les principales villes du pays.

Jovenel Moïse, en fonction depuis le 7 février 2017, s’était fait élire en promettant «à manger dans toutes les assiettes et de l’argent dans les poches». Deux ans plus tard, la réalité est toute autre: la hausse des prix dépasse 15%, la valeur de la monnaie s’est effondrée, et 60% de la population vit avec moins deux dollars par jour.

De plus en plus de départs

Outre la rébellion, beaucoup d’Haïtiens choisissent l’émigration, souvent au péril de leur vie. En témoigne tragiquement ce naufrage survenu le 2 février dernier au large des Bahamas, où 31 migrants haïtiens sont morts noyés. Le Saint-Père s’était d’ailleurs exprimé peu après.

Un nouveau drame de la migration qui était prévisible selon Frédéric Thomas, chargé d’études au CETRI, le Centre Tricontinental. Selon lui le gouvernement haïtien laisse faire, et trouve son intérêt dans le départ des migrants.

Source/Vatican News
Photo/Archives
www.anmwe.com

du pays s’est quant à elle exprimée dans un message appelant toutes les composantes de la société à réagir, «au prix de grands sacrifices».

Haïti s’embrase depuis le début du mois. La révolte des habitants, qui dénoncent l’inflation et réclament la démission du président, donne lieu à des scènes de chaos: magasins pillés, voitures brûlées, évasions de prisons… Au moins 6 personnes auraient trouvé la mort depuis la mobilisation nationale de l’opposition le 7 février, qui a été suivie d’autres manifestations spontanées dans les principales villes du pays.

Jovenel Moïse, en fonction depuis le 7 février 2017, s’était fait élire en promettant «à manger dans toutes les assiettes et de l’argent dans les poches». Deux ans plus tard, la réalité est toute autre: la hausse des prix dépasse 15%, la valeur de la monnaie s’est effondrée, et 60% de la population vit avec moins deux dollars par jour.

De plus en plus de départs

Outre la rébellion, beaucoup d’Haïtiens choisissent l’émigration, souvent au péril de leur vie. En témoigne tragiquement ce naufrage survenu le 2 février dernier au large des Bahamas, où 31 migrants haïtiens sont morts noyés. Le Saint-Père s’était d’ailleurs exprimé peu après.

Un nouveau drame de la migration qui était prévisible selon Frédéric Thomas, chargé d’études au CETRI, le Centre Tricontinental. Selon lui le gouvernement haïtien laisse faire, et trouve son intérêt dans le départ des migrants.

Source/Vatican News
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top