Economy

Haiti: Jovenel Moise « Impossible de majorer le salaire minimum »

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – En début de cette semaine, des ouvriers du secteur textile et de la sous-traitance ont regagné les rues de la Capitale en deux occasions exigant du gouvernement et du patronat un salaire journalier de mille gourdes au minimum. Mais il semblerait que cette lutte soit perdue d’avance, suivant une déclaration du président de la République se prononcant sur la question.

Au cours d’une rencontre avec des membres du secteur privé des affaires, le chef de l’État a déclaré qu’il est impossible de réviser à la hausse le salaire minimum. Le premier citoyen de la nation n’a toutefois pas été clair et précis en ce qui a trait aux raisons.

Entre-temps, les ouvriers qui bénéficient du support de quelques organisations syndicales et de la solidarité de certains parlementaires, annoncent la préparation d’un nouveau calendrier de manifestations à Port-au-Prince.

Tout en faisant référence au coût vertigineux de la vie et à la précarité socio-économique qui ont un impact négatif sur le panier des ménagères, les manifestants qui n’entendent pas baisser les bras dans leurs revendications, ont invité d’autres ouvriers à rejoindre le mouvement en vue d’intensifier la pression sur les autorités concernées.

Par ailleurs, des parlementaires qui se montrent un peu sensibles à cette question de salaire minimum sont montés au créneau pour dénoncer l’attitude du pouvoir central qui, déplorent-ils, de commun accord avec les plus nantis de la société, veut asphyxier les plus démunis.

Le député Joseph Manès Louis estime qu’il est plus que nécessaire d’accorder une augmentation substantielle par rapport au salaire minimum des ouvriers qui se sont regroupés à la SONAPI (Société nationale des parcs industriels) et d’autres, tenant compte, ajoute-t-il, du coût de la vie qui n’arrête pas de prendre des ascensions.

Aussi appelle-t-il le Conseil supérieur des salaires (CSS) à se libérer du président Moïse pour pouvoir accomplir correctement sa mission.
Pour sa part, l’ancien président de la Commission des affaires sociales au Sénat de la République, le sénateur Antonio Cheramy (Ouest) dit Don Kato a, une fois de plus, demandé au gouvernement de satisfaire les revendications des ouvriers et ouvrières qui réclament 1000 gourdes comme salaire minimum.

Tout en exprimant sa solidarité aux manifestants, le père conscrit qui abonde dans le même sens que son collègue parlementaire, Joseph Manès Louis, juge nécessaire à ce que l’État et les patrons trouvent un terrain d’entente aboutissant à l’augmentation du salaire journalier, compte tenu de la dégradation des conditions de vie.

Une proposition de loi fixant le salaire minimum à 1000 gourdes sera bientôt soumise au Parlement, annonce le député Jean Robert Bossé. Cette proposition de loi va éliminer le Conseil supérieur des salaires (CSS) qui, d’après l’élu de Cabaret, Joseph Manès Louis, lequel promet de la supporter, ne travaille pas dans l’intérêt des ouvriers.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/Haiti Press Network
Photo/Archives
www.anmwe.com

Parc-Industriel-Caracol

To Top