Crime

Haiti: Jean Weevens Janvier, recherché par la justice américaine pour meurtre, extradé aux USA

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Jean Weevens Janvier (34 ans), d’origine haïtienne, inculpé en 2012 pour les meurtres au premier degré de Stephanie et Judith Emile dans leur appartement de Harlem en novembre 2011, était en fuite et recherché depuis plus de 5 ans par la police de Boston et le Bureau du procureur du comté de Suffolk. Il finalement été retrouvé et arrêté par la Police Nationale d’Haïti (PNH) alors qu’il vivait caché à Santo chez sa mère.

Le « U.S. Marshals Service » a déclaré qu’il « avait travaillé en étroite collaboration avec le Service de sécurité diplomatique des États-Unis et une unité composée de la Police Nationale Haïtienne pour donner la priorité à cette affaire et coordonner les efforts pour localiser Janvier »

Jean Weevens Janvier a été capturé par la police haïtienne et son identité confirmée par ses empreintes digitales, a déclaré le « Marshals Service » Il a été extradé le même jour aux États-Unis après avoir été détenu par la police haïtienne, qui a offert une « performance exceptionnelle » pour la capture de Janvier, selon une déclaration des responsables américains.

« Un crime extrêmement violent qui a fait inscrire Janvier sur notre liste 15 Most Wanted » a indiqué le Directeur par intérim, David Harlow, du « U.S. Marshals Service » soulignant que grâce à « la ténacité de nos enquêteurs et à la coopération policière au niveau local et international, un autre fugitif dangereux est hors de la rue et fera face à la justice ».

Daniel F. Conley, le Procureur du district du comté de Suffolk, a déclaré « Depuis plus de cinq ans, la famille des deux sœurs assassinées a attendu patiemment que justice soit faite. Aujourd’hui, ils sont un peu plus près de ce but. Grâce au fort partenariat inter-institutionnel entre les procureurs du Suffolk, le “US Marshals Service”, le bureau du procureur des États-Unis, le Service de sécurité diplomatique, le Département de police de Boston et la Police Nationale Haitienne, nous avons l’intention de parler de Judith et Stephanie Emile dans un tribunal du Suffolk, où les voix qui ont été volés seront finalement entendus ».

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/Haiti Libre
Photo/Crime watch Daily
www.anmwe.com

Jean-Weevens-Janvier-Stephanie-Judith-Emile

 

To Top