Economy

Haïti: « HaïRum » nouvelle marque de certification du ministère du Commerce et de l’Industrie pour les rhums

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – l existe une nouvelle marque de certification nationale dans le pays :« HaïRum ». Propriété exclusive du ministère du Commerce et de l’Industrie, cette marque vise à réglementer, protéger et garantir la qualité des rhums haïtiens. Et en ce sens, les opérateurs ou producteurs de rhums devront requérir auprès du ministère du Commerce et de l’Industrie « organisme certificateur » une licence d’utilisation.

Selon le règlement d’usage de la marque de certification « HaïRum » publié dans Le journal officiel de la République en date du jeudi 4 novembre 2021, cette marque permet à son utilisateur d’indiquer que l’objet d’évaluation de la conformité concerné est en conformité avec les exigences spécifiées. La reproduction, même partielle, adaptation ou modification des certificats « HaïRum » sera considérée comme contrefaçon.

Pour prétendre à une telle certification « HaïRum », les opérateurs ou producteurs de rhums Haïtiens doivent satisfaire plusieurs exigences. Par exemple, les opérations de fabrication des rhums (la fermentation des matières premières, la distillation, la maturation, le conditionnement, etc..) doivent avoir lieu sur le territoire d’Haïti. Ces rhums certifiés « HaïRum » présentent lors de la mise en marché à destination du consommateur un titre alcoométrique volumique supérieur ou égal à 40% et au minimum une teneur en éléments volatils autres que les alcools méthylique et éthylique de 225 grammes par hectolitre d’alcool pur.

Par ailleurs, toujours selon ledit règlement d’usage, les rhums blancs certifiés « HaïRum » sont caractérisés par leur limpidité et leur absence de couleur, leur faible agressivité et leur finesse aromatique. Parmi les arômes présents, on peut relever notamment des notes fruitées, florales, végétales et épicées. Les rhums certifiés « HaïRum » complétés de la mention « vieux » sont caractérisés par leur couleur allant du miel à acajou. Parmi les arômes présents, on peut relever notamment des arômes boisés, fruités et épicés. Ces rhums agricoles présentent au minimum une teneur en éléments volatils autres que les alcools méthylique et éthylique de 325 grammes par hectolitre d’alcool pur, lors de la mise en marché à destination du consommateur.

« Les rhums certifiés « HaïRum » complétés de la mention « élevés sous-bois » présentent des caractères liés au séjour sous-bois notamment la coloration. Parmi ceux-ci, on peut relever notamment des arômes fruités, floraux, végétaux, épicés, balsamiques, empyreumatiques. Ces rhums présentent au minimum une teneur en éléments volatils autres que les alcools méthylique et éthylique de 250 grammes par hectolitre d’alcool pur, lors de la mise en marché à destination du consommateur », précise l’article 5 du règlement d’usage qui traite de la description du rhum.

Le règlement traite aussi des méthodes de fabrication des rhums qui peuvent être certifiés « HaïRum ». Il précise notamment que « les Rhums sont produits à partir du jus de canne à sucre et leurs dérivés », avant d’enchainer sur les deux méthodes de distillation admises pour la production de rhum colonne et alambic à repasse, aborde la question du vieillissement du rhum etc.

À présent, seuls les intéressés qui auront produit leur demande de droit d’usage et qui se sont vus attribuer le certificat « HaïRum » par l’Organisme Certificateur, à savoir le MCI pourront utiliser ladite marque de certification. Toute annonce erronée des caractéristiques de la Marque « HaïRum » expose l’utilisateur à des poursuites notamment pour fraude, contrefaçon et usage illicite et bien d’autres sanctions.

Les frais à percevoir au titre de la certification s’élèvent à cent vingt-cinq mille gourdes.

Le MCI n’a pas réellement communiqué autour de « HaïRum » ni sur la vision derrière cette certification. Cependant, les exigences inscrites dans le règlement d’usage de la marque de certification « HaïRum » s’aligne avec les règles commerciales de la CARICOM pour les spiritueux (en particulier le rhum) les liqueurs et autres boissons spiritueuses et l’alcool éthylique. Ces dernières indiquent, entre autres, que le rhum doit être produit conformément aux exigences du certificat de distillation prévu par la législation sur les accises du pays d’origine. Les dénominations géographiques ne doivent pas être appliquées au rhum produit dans une région autre que le lieu particulier indiqué par la dénomination. Relativement à l’étiquetage des produits à base de rhum, les produits étiquetés en tant que “rhum” doivent mentionner l’origine sur l’étiquette ; les mots “Produits de ….” doivent être affichés de manière claire et bien visible, le pays d’origine étant déterminé par le lieu où le produit a été fabriqué, ou encore fermenté et distillé. Aussi il est obligatoire que le rhum en question soit, entre autres, produit à partir de mélasse, de sirop, de jus ou de sucre de canne lui-même,

Il faut dire que la question de la provenance des rhums disponibles sur le marché haïtien a souvent été l’objet de débat. Le besoin de mettre en place des standards semblait être une nécessité.

Source/Le Nouvelliste
Photo/Ministère du Commerce et de l’Industrie
www.anmwe.com

To Top