Haiti

Haiti: Grève des enseignants à deux mois de la fin de l’année académique

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Une grève des enseignants a affecté le déroulement des cours dans diverses écoles d’Haïti, la semaine dernière et une deuxième phase du mouvement est annoncée pour le 4 mai, à deux mois de la fin de l’année scolaire, observe AlterPresse.

La grève s’est déroulée la semaine dernière à l’appel de la Plateforme des syndicats d’enseignants, afin d’exiger le paiement des arriérés de salaires des professeurs, une revendication récurrente depuis de nombreuses années.
Définir une grille salariale et nommer les enseignantes et enseignants contractuels font également partie des revendications mises en avant.

La plateforme appelle les autorités, notamment le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), les commissions éducations au parlement (sénat et chambre des députés), à prendre des dispositions en vue de trouver une solution à cette grève.

Aux Gonaïves (Artibonite, Nord), des organisations syndicalistes, notamment le Regroupement des enseignantes et enseignants du fondamental pour une éducation rénovée par de actions nouvelles et solidaires (Referans) et la Plateforme des syndicats d’enseignants de l’Artibonite (Psea) ont entamé respectivement, le lundi 24 et mercredi 26 avril 2017, leur mouvement de grève.

A Port-au-Prince, plusieurs dizaines d’élèves, issus des lycées et des écoles nationales, ont manifesté, le jeudi 27 avril 2017, en appui au mouvement des enseignants.

Rencontrant la presse, le jeudi 27 avril 2017, le coordonnateur général du Groupe d’initiative des enseignantes et enseignants en lutte (Giel), Leonel Pierre, indique que les grévistes sont ouverts au dialogue, en vue de trouver des pistes de solutions garantissant les intérêts de la communauté éducative.

Pour sa part, le coordonnateur général de l’Union nationale des normaliens et éducateurs d’Haïti (Unnoeh), Georges Wilbert Franck, lance une « mise en garde » aux autorités du Menfp qui, selon lui, voudraient faire une guerre d’usure.

A environ deux mois de la fin de l’année scolaire 2016-2017, d’aucuns estiment que cette grève pourrait avoir une incidence majeure sur les résultats des élèves, notamment ceux qui sont en classe d’examens officiels (9e année fondamentale et terminale).

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/AlterPresse
Photo/Archives
www.anmwe.com

Josué-Mérilien

To Top