Haiti

Haiti: Aveugle dès son jeune âge, Nathalie Sauveur, décroche son diplôme universitaire

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Frappée de cécité dès l’âge de 11 ans après avoir été atteinte du glaucome, alors qu’elle était en classe de 6e année fondamentale, Nathalie Sauveur a tenu le coup et décidé d’aller jusqu’ au bout. Elle vient tout juste de décrocher sa licence universitaire en diplomatie et relations internationales.

Nathalie Sauveur, âgée de 31 ans, a bouclé ses études en diplomatie et relations internationales. Elle a reçu son parchemin lors de la cérémonie de collation de diplômes des étudiants de la promotion Ad astre de l’Académie nationale diplomatique et consulaire (ANDC), le dimanche 21 juillet à l’hôtel Montana.

Optimiste et courageuse, Nathalie Sauveur, devenue aveugle, ne s’apitoie pas sur son sort. Elle accepte sa déficience et décide d’aller de l’avant d’abord en reprenant le chemin de l’école au Centre Saint-Vincent. Avant d’étudier la diplomatie et les relations internationales, Nathalie Sauveur avait fait des études en communication à Excel Institut de communication et de journalisme. Pendant neuf ans, elle a utilisé ses compétences en faisant du bénévolat au sein de la Société haïtienne d’aide aux aveugles (SHAAD) qui a financé ses études en diplomatie et relations internationales à l’ANDC.

« Je savais que j’allais réussir dans mes études. Je me suis battue durement pour cela. C’était difficile, mais grâce à Dieu, tout s’est bien passé », se réjouit Nathalie Sauveur, soulignant qu’elle était une étudiante comme tous les autres et n’avait bénéficié d’aucun traitement de faveur. « J’ai intégré les groupes de travail avec d’autres étudiants quand il y avait des travaux pratiques à réaliser. Je jouais même le rôle de leader de groupe à maintes reprises », dit-elle. Plus loin, Nathalie Sauveur affirme qu’elle n’a jamais été victime de discrimination tout au long de ses années d’études. Elle dit avoir été soutenue en toute circonstance par ses parents et ses amis.

Le jeune femme met toujours en avant sa foi chrétienne. « Je crois en Dieu et je crois en moi. Je suis consciente d’avoir une déficience et je l’accepte. La motivation et la détermination sont les clefs de ma réussite », a-t-elle affirmé, soulignant que la réussite exige des efforts et des sacrifices. Nathalie aimerait œuvrer pour redorer l’image du pays et c’est cette raison qui l’a poussée à étudier la diplomatie et les relations internationales.

En termes de projets en perspective, Nathalie Sauveur cherche un média pour pouvoir animer une émission sur le handicap. Elle attend aussi d’intégrer la fonction publique après avoir réussi les concours organisés par l’Office de management et des ressources humaines (OMRH) pour le recrutement de 50 personnes ayant une déficience quelconque.

Source/Le Nouvelliste
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top