Economy

Haiti : American Airlines sans escale de Miami à Cap-Haitien

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

American Airlines va devenir le premier transporteur américain à offrir un service quotidien sans escale au Cap-Haïtien, deuxième plus grande ville d’Haïti.

1

Après le vol spécial affrété pour la secrétaire d’État, Hillary Clinton en Octobre 2012, American Airlines est devenu le premier grand transporteur à atterrir sur une piste du Cap Haïtien depuis des décennies.

La deuxième ville d’Haïti va bientôt accueillir des jets de taille importante à son aéroport international, récemment agrandi et transformé.

Hier, American Airlines a commencé à vendre des billets pour le service quotidien sans escale entre Miami et le Cap pour des vols qui débuteront à partir du 2 octobre prochain; ce qui en fait la première grande compagnie aérienne à ajouter la deuxième ville d’Haïti sur ses vols aériens.

«C’est une grosse affaire », a déclaré Art Torno, vice-président senior de la compagnie et responsable de la section Amérique (Mexique, Caraïbes et en Amérique latine). « Cette région du pays a environ 35 % de la population et a toujours été un marché que nous recherchions », a-t-il révélé au Miami Herald.

Une destination lucrative

Torno estime qu’entre 30 et 35 % les passagers voyageant de JFK à New York, Miami et de Fort Lauderdale se rendent au Cap Haïtien après avoir atterri à l’aéroport international Toussaint Louverture de Port-au-Prince.

L’expansion des opérations en dehors de la capitale haïtienne, dit-il, n’est pas seulement bonne pour les affaires, elle bénéficie également au tourisme d’Haïti, actuellement en cours de refonte.

«Du point de vue emplacement, c’est juste absolument parfait pour desservir la partie de la population de la région», a déclaré Torno. Cette région comprend la plage privée de Royal Caribbean à Labadie et un parc industriel soutenu par les États-Unis.

« Il y a une grande volonté de développer les infrastructures et c’est une nouvelle opportunité pour le développement économique du pays, en dehors de la capitale.»

Maryse Pénette Kedar, ancien secrétaire d’État du tourisme et présidente de la filiale haïtienne de Royal Caribbean, voit également cette expansion comme «un développement majeur. »

« Ce sont d’excellentes nouvelles pour la région du Nord, pour la population, la diaspora et la communauté des affaires, » dit-elle. « C’est une porte que je suis heureuse de voir finalement s’ouvrir. »

Un effort appuyé par les États-Unis et le Venezuela

 

Pour la ministre du Tourisme d’Haïti, Stéphanie Balmir Villedrouin, l’aéroport du Cap Haïtien servira de passerelle internationale non seulement aux cascades isolées et aux plages immaculées, mais aussi pour les monuments qui racontent l’histoire de la naissance d’Haïti.

« La ville historique de Cap-Haïtien, la Citadelle, la plus grande forteresse des Amériques, et le Palais Sans-Souci, sont à moins de deux heures de route des États-Unis », a déclaré Villedrouin au Miami Herald. « Cet aéroport accueillera des milliers de visiteurs à la recherche d’une expérience de l’histoire. »

La préparation de l’aéroport pour gérer l’augmentation des vols, les protocoles de sécurité internationale, les atterrissages de nuit et les décollages a été elle-même un effort international. Si le financement est venu du Venezuela, le gouvernement américain a fourni des équipements de sécurité par le biais de son programme d’application de la loi et l’aide technique sur les normes de sécurité de la Transportation Security Administration.

American Airlines, qui a été approché par le gouvernement haïtien pour se rendre au Cap-Haïtien, collabore aussi avec les terminaux temporaires et autre aide technique, a souligné Art Torno.

« Nous avons également demandé de collaborer avec le gouvernement en matière de planification et d’exécution du terminal », a déclaré Torno. « Cela a pris du temps mais a bien abouti. »

Un parcours laborieux

La modernisation et l’expansion de l’aéroport auraient pu ne jamais se concrétiser. En effet, alors que les travaux sur son périmètre de clôture ont commencé en 2008, l’ancien président René Préval, en janvier 2010, a dû faire face à la pression des donateurs après un prêt de 33 millions de dollars de la Banque de développement économique et social du Venezuela pour moderniser l’aéroport et les fonds des centrales à Port- au-Prince, Cap-Haïtien et aux Gonaïves. En échange d’un allègement de la dette des bailleurs de fonds, Haïti avait accepté de ne pas demander l’emprunt non autorisé.

Près de cinq ans après le tragique tremblement de terre, la question que le tourisme devienne un élément clé de la reconstruction du pays est encore discutable. Des centaines de chambres d’hôtel ont été ajoutées dans la capitale et des marques internationalement reconnues d’hôtels sont soit en exploitation ou en construction. L’aéroport Toussaint Louverture, gravement endommagé par le séisme, a subi un lifting et plusieurs autres aéroports sont en train d’être modernisée à travers le pays.

L’Aéroport du Cap Haïtien est maintenant appelé l’aéroport international de Hugo Chávez, après que le gouvernement d’Haïti l’an dernier ait annoncé le changement de nom, à la mémoire du leader vénézuélien.

Haïti, une destination coûteuse

 

Pourtant, faire d’Haïti une destination touristique prendra du temps, souligne le Miami Herald.

Les arrivées touristiques ont augmenté de près de 18 % l’année dernière, mais les hôteliers de la capitale se plaignent encore des chambres d’hôtel vides même si les prix ont considérablement baissé. Tout aussi déconcertant pour les voyageurs sont les prix de billets d’avion vers Haïti.

«Parfois, c’est moins cher de prendre un vol de New York à Paris que de Miami à Port-au-Prince», a déclaré Nicolas Bussenius, propriétaire de l’hôtel de 42 chambres de Mont Joli à Cap-Haïtien. « American Airlines va donner une crédibilité supplémentaire, mais ils ne peuvent pas venir avec des billets de 500 $ et $ 60o ».

Bussenius dit qu’il aimerait voir les prix des billets d’ American Airlines stimuler le tourisme mais, parallèlement, les prix des billets ne devraient pas être plus bas que ceux des petits transporteurs qui ont longtemps exploité des destinations telles que la Floride du Sud, les îles Turks et Caicos, les Bahamas et la République dominicaine.

Selon Art Torno, le prix des billets est basé sur les pressions du marché.

Les prix des billets d’American Airlines ont commencé à $ 193 par personne pour un siège en classe économique et $ 583 pour la classe affaires.

Source/Nancy Roc/Miami Herald

Photo/Archives

www.anmwe.com

To Top