Haiti

Haïti: Accusés de viol, trois individus appréhendés sont malmenés par la population

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

JÉRÉMIE – rois individus, accusés d’implication dans un viol collectif sur 4 femmes dont une mineure, ont été appréhendés, malmenés et ligotés par des membres de la population de Jérémie, département de la Grand’Anse d’Haïti, le dimanche 9 Août 2020. Ils ont été, par la suite, remis à la police.

Au lendemain du viol collectif perpétré sur 4 femmes, dont une mineure de 17 ans, dans la nuit du vendredi 7 au samedi 8 Août 2020, dans la localité de « Choran », 3ème section communale de Jérémie, la population a appréhendé 3 des présumés violeurs.

En effet, deux hommes et une femme ont été pris à partie par des membres de la population de Jérémie, le dimanche 9 août 2020. Il s’agit de Franckel Exilias, 37 ans; Reynald Gironé, 26 ans et la concubine de ce dernier, Fabienne Dorcir, 32 ans. Ils sont accusés d’implication dans le viol collectif relaté plus haut.

L’information a été confirmée à la rédaction de Vant Bèf Info (VBI) par Gérald Guillaume, responsable de l’Initiative Départementale Contre la Traite et le Trafic des Enfants (IDETTE).

Avant de les remettre à la police pour les suites que de droit, les trois présumés violeurs ont été malmenés, battus et ligotés par des jérémiens en colère, a poursuivi Gérald Guillaume.

Le militant des droits humains a laissé entendre que des membres de la population ont dénoncé un certain Sejoux Jérémy, indexé d’être « un puissant chef de gang » dans la région et qui aurait commandité ces actes de viol.

Sejoux Jérémy a déjà fait la prison. Il avait été libéré sous les ordres de l’ancien chef du Gouvernement près du Tribunal de Première Instance de Jérémie Me. Bergemane Sylvain, selon les informations dont dispose Vant Bèf Info (VBI).

Par ailleurs, le responsable de l’IDETTE continue de plaider en faveur d’une collaboration entre des membres de la population de Jérémie et les autorités policières, judiciaires et les organisations de défense des droits humains dans le département de la Grand’Anse afin de combattre les actions des bandits.

Source/Vant Bèf Info (VBI)
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top