Culture

Another island but same discrimination toward the Haitians, as the natives treated us as a lesser being, The fight to Celebrate Haitian Flag day on May 18 in St Martin.

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

OPEN LETTER TO Mrs. Aline HANSON President of the Collectivity of Saint-Martin

Madame President,

It is with great astonishment that we have read a publicity concerning the celebration of the Haitian Flag in Marigot in a public location with the presence of various mayors and personalities from the Republic of Haiti. We would see no objection should this celebration take place in private circlesand within their communities. The fact that this celebration is on public premises is a proof that you have authorized it and that you have sponsored this event since the Logo of the Collectivity appears on this publicity. on account of State public policies, have disfigured our Saint-Martin society?

Furthermore, the slogan ”A new Haïti is being born” appearing on this publicity reveals an unacceptable provocation from this community. Why, then, so many millions of francs and euros have been spent by the State and the Commune for over twenty years for the purpose of their so-called integration, if the result is such a show of their national arrogance on our tiny island? Who gave them that right? Do they feel that we are going to just lie and allow them to trample upon us? That is surely not Saint-Martiners’ or their ancestors’ attributes, who have created their traditional society from scratch after the 1848 abolition of slavery.

There will be no second Haiti in Saint-Martin. We, Saint-Martiners, we exist and we are not sleeping, If the State and the Collectivity implement this policy, thereby confirming the process of substitution started, which today is no longer a fiction but a blatant reality, we will refer our plea to higher authorities to claim our elementary human rights on our ancestral land.

Saint-Martin, northern part, which covers only 21 square miles, cannot take in the poverty and haughtiness of the Caribbean. Saint-Martin, northern part, is dying for the last thirty years under the weight of those inhuman, discriminatory, degrading, dehumanizing policies. Saint-Martin, northern part, our jewel, our pearl, that was able to create a tolerant and friendly society, has been destroyed by these irresponsible policies as their only purpose has been to satisfy the greed of a few.

Everybody knows that Sunday 18 May 2014 is St. Louis Annual Fête, our only village representative of our culture, our traditions, our way of life. It is the famous authentic Fête on our island. And that is the day that you have authorized foreigners to desecrate by making a demonstration of their national domination. It is disturbing us to our “core”. It is a source of cacophony, just to think about it. How can you authorize such? You are authorizing foreigners to disrespect your own culture, the memory of your ancestors, on your territory, because that is the true meaning of Saint-Louis/ Freetown/Rambaud/Colombier/Friars’Bay Fête, initiated by our lamented Yaya. You have created a precedent that will follow you for the rest of your life. We are asking you to stop this demonstration for reasons of respect of our tiny island’s cultural integrity and of maintenance of public order on our territory.

Hoping that you will see to it that this provocation ceases, please accept our respectful regards.

Saint-Martin, 8 may 2014

The Collective of Natives and Friends of Saint-Martin

Copy sent to Mr. Frederic CHOPIN, Prefect Delegate

Logo-Collectivite-saint-Martin

LETTRE OUVERTE à Madame Aline HANSON, Présidente de la Collectivité de Saint-Martin

Madame la Présidente,

C’est avec stupéfaction que nous avons lu dans la presse une publicité concernant la célébration du Drapeau Haïtien à Marigot dans un lieu public avec la présence de divers maires et personnalités de la République d’Haïti. Nous ne verrions aucun inconvénient à ce que cette célébration se fasse dans un lieu privé et au sein de leurs communautés. Le fait que cette célébration se fait dans un lieu public est une preuve que vous l’avez autorisée.et que vous avez sponsorisé cet évènement, vu la présence du Logo de la Collectivité de Saint-Martin sur cette publicité. Comment se fait-il que les élus de Saint-Martin puissent ainsi donner toutes les faveurs à une communauté étrangère qui, grâce aux politiques publiques de l’Etat, ont défiguré notre société saint-martinoise ?

Par ailleurs, le slogan « Une Nouvelle Haïti est en train de naître » que leur publicité véhicule est révélateur d’une provocation communautariste inacceptable. Pourquoi, pendant plus de vingt ans, tant de millions de francs et d’euros ont-ils été dépensés par l’Etat et la Commune pour leur soi-disant intégration, si on doit arriver à une telle démonstration de leur appartenance nationale sur notre île? De quel droit se le permettent-ils ? Estiment-ils que nous allons tous nous coucher par terre pour nous faire piétiner par eux ? Cela n’est pas le tempérament des Saint-Martinois, ni de leurs ancêtres, qui ont créé de toutes pièces leur société traditionnelle au lendemain de l’abolition de l’esclavage de 1848.
Il n’y aura pas de deuxième Haïti à Saint-Martin. Nous les Saint-Martinois, nous existons et nous ne dormons pas, rassurez-vous. Si l’Etat et la Collectivité appliquent cette politique confirmant ainsi le processus de substitution engagé, qui n’est aujourd’hui plus une fiction, mais une réalité flagrante, nous nous adresserons à des instances supérieures pour faire valoir nos droits humains élémentaires sur notre terre ancestrale.

Saint-Martin, partie nord, qui n’occupe que 52 kilomètres carrés ne peut accepter la misère, ni l’arrogance, de la Caraïbe. Saint-Martin, partie nord, se meurt depuis trente ans à cause de ces politiques inhumaines, discriminatoires, dégradantes, déshumanisantes. Saint-Martin, partie nord, notre joyau, notre perle, qui a su créer au cours des ans une société tolérante et accueillante, a été détruite par ces politiques irresponsables qui ne cherchent qu’à satisfaire la cupidité d’un petit nombre.
Nous savons tous que le dimanche 18 mai 2014, c’est la fête annuelle de St. Louis, notre seul village représentatif de notre culture, de nos traditions, de notre mode de vie. C’est la plus célèbre fête authentique de notre île. Et c’est ce jour que vous avez autorisé des étrangers à désacraliser, en faisant la démonstration de leur domination nationale. Cela nous dérange dans notre « chair ». C’est source de cacophonie, rien qu’à y penser. Comment pouvez-vous permettre cela ? Vous autorisez des étrangers à manquer de respect à votre propre culture, à la mémoire de vos ancêtres, sur votre territoire, car c’est bien le sens de la Fête de Saint-Louis/Freetown/Rambaud/Colombier/Friars’Bay, initiée par notre regrettée Yaya. Vous marquez ainsi un précédent qui vous suivra tout le reste de votre vie. Nous vous demandons d’interdire cette manifestation pour des raisons de respect de notre intégrité culturelle et de maintien de l’ordre public sur notre territoire.

Dans l’espoir que la provocation cessera et que vous y veillerez, nous vous adressons nos respectueuses salutations.

Fait à Saint-Martin, le 8 mai 2014

Le Collectif des Natifs et Amis de Saint-Martin

Copie adressée à Monsieur le Préfet Délégué Frédéric CHOPIN

To Top