Haiti

Haïti: L’État haïtien, plus grand fournisseur d’armes et de munitions aux gangs

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – L’État haïtien serait le plus grand fournisseur d’armes et de munitions aux groupes armés en Haïti, à travers l’Administration générale des douanes (Agd), dénonce le Réseau national de défense des droits humains, dans une interview à l’agence en ligne à AlterPresse.

« Il n’est un secret pour personne que la douane est un espace corrompu, un espace de contrebande. La situation s’est aggravée sous la direction de Rommel Bell… L’État haïtien, à travers les bureaux de douanes, est le plus grand fournisseur d’armes et de munitions aux groupes armés, particulièrement à la fédération G9 », signale le directeur exécutif du Rnddh, Pierre Espérance

« Là, au port de Port-au-Prince, beaucoup d’armes et munitions sont rentrées dans le pays, y compris dans les ports privés. Dans les rares cas, où les agents douaniers saisissent des armes et des munitions, ils sont, par la suite, sanctionnés par la Direction de la douane », relève le Rnddh.

Le directeur général de l’Agd, Rommel Bell, fait l’objet, depuis le vendredi 20 mai 2022, d’une enquête de l’Unité de lutte contre la corruption (Ulcc) autour des suspicions de corruption, dénoncées au niveau de l’Administration générale des douanes (Agd).

Son bureau a été mis sous scellé, après que des agents de l’Ulcc y ont pénétré par effraction, le vendredi 20 mai 2022.

Cette situation a entraîné la fermeture automatique et complète de l’Administration générale des douanes.

Ce mardi 24 mai 2022, l’Ulcc a décidé de lever les scellés, apposés sur les portes du bureau du directeur général de l’Agd.

L’Ulcc annonce d’autres sanctions, dans le cadre de son enquête sur les soupçons de corruption au sein de l’Agd.

Le Rndhh souhaite que cette enquête soit une affaire sérieuse, pouvant aboutir aux dossiers de blanchiments d’argent, de trafic d’armes et de corruption au niveau de la douane, et permettre que des exemples soient tracés, et non une « affaire cosmétique ».

« Le travail de l’Ulcc ne remplace pas la mission du commissaire du gouvernement, qui est de rechercher les crimes et délits, au regard des articles 12 et 13 du code d’instruction criminelle », soutient, de son côté, l’Organisation des citoyennes et citoyens pour une nouvelle Haïti (Ocnh).

Saluant l’ouverture d’une enquête, par l’Ulcc, sur les soupçons de corruption au sein de l’Agd, l’Ocnh appelle le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince à mettre l’action publique en mouvement contre toutes celles et tous ceux, qui seraient impliqués dans des actes de corruption à l’Administration générale des douanes en Haïti.

Entre-temps, le comité de l’Association des douaniers haïtiens (Adh) a invité le personnel douanier à observer un arrêt de travail, en signe de protestation contre la perquisition de l’Ulcc, le 20 mai 2022, à l’Agd, qu’elle qualifie d’« arbitraire ».

Source/AlterPresse
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top