Haiti

Haïti: Arrivée de la délégation de l’OEA qui doit faciliter la résolution de la crise

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Dans un tweet, le chef de l’État a fait savoir que les discussions ont porté sur la situation sécuritaire et sanitaire du pays et son Administration a réaffirmé son engagement pour un dialogue franc qui doit déboucher, selon lui, sur l’organisation d’élections démocratiques dans le pays.

Apres avoir rencontré le Président moise, la mission de l’OEA a eu également des discussions avec des membres de l’opposition dont les identités n’ont pas été révélées.

Même si l’agenda de la mission n’est pas officiellement connu du grand public, des informations des sources des de l’OEA confirment la mission rencontrera les acteurs locaux durant toute la semaine pour s’enquérir de la situation sociopolitique actuelle.

Par ailleurs, en marge des discussions, des militants de l’opposition politique étaient présents devant les locaux de l’Hexagone, à Pétion-Ville, le Bâtiment où doivent se tenir les multiples rencontres entre les émissaires de l’Organisation des Etats-Américains, OEA et une partie de la classe politique haïtienne.

Selon ces militants, les émissaires de l’OEA doivent comprendre les enjeux de la situation sociopolitique délétère que vit le pays depuis quelques années.

Ces représentants de l’opposition politique radicale ne jurent que par le départ de Jovenel Moïse du pouvoir pour ensuite installer un Gouvernement de Transition à la tête du pays.

Selon l’ancien premier ministre Evans Paul, la nouvelle mission de l’OEA dépêchée en Haïti ne va pas aider à résoudre la crise haïtienne.

L’homme politique a fait un survol des expériences faites par le passé par l’organisation hémisphérique dans le pays qui n’ont jamais abouti à grand-chose.

De ce fait, Evans Paul rappelle que la crise est haïtienne, il revient donc aux haïtiens de la résoudre.

L’Organisation des Etats Américains a une responsabilité morale et politique dans la crise haïtienne, selon Me André Michel.

Le porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire, en conférence de presse mardi, a dénoncé la complaisance de l’OEA envers le pouvoir en place qui n’a pas organisé des élections suivant le temps constitutionnel.

Refusant de dialoguer avec les représentants de l’organisation hémisphérique ce 8 juin, Me André Michel continue de défendre une transition ayant à sa tête le Juge Joseph Mécène Jean-Louis.

Source/Radio Métropole
Photo/La Présidence
www.anmwe.com

To Top