Haiti

Monde: Plus d’un million d’haïtiens en situation alimentaire d’urgence selon une étude

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Lors d’un point de presse à Genève, Hervé Verhoosel, Porte-parole du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies, a déclaré que selon une étude menée en octobre 2019 sur les 11 millions d’habitants en Haïti, 2,6 millions de personne souffre d’« Insuffisance aiguë et critique de l’accès à l’alimentation assortie d’une malnutrition grave » (Phase 3 sur l’échelle de 5 de l’IPC) et 1,046 millions (rural et urbain), sont en situation d’« Urgence humanitaire » (Phase 4 de l’IPC) soir un total d’environ 3.7 millions d’haïtiens en insécurité alimentaire (approximativement 35 % de la population).

Il a souligné que l’insécurité alimentaire avait augmenté de 15% dans les zones rurales depuis la dernière étude effectuée en décembre 2018, ajoutant que les zones les plus touchées sont le bas Nord-Ouest (qui est passé d’une situation de stress à une situation d’urgence en milieu rural) et en milieu urbain les quartiers très pauvres de Cité Soleil et de Croix-des-Bouquets. Dans les départements classés en situation de crise, l’Artibonite, les Nippes nécessitent une assistance immédiate. Avertissant que sans aide immédiate, « la situation va se détériorer davantage […] Le nombre de personnes ayant besoin d’une aide alimentaire urgente passera de 3,7 millions à 4,1 millions en mars 2020. »

Le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire Integrated food security Phase Classification (IPC), qui travaille de concert avec la Coordination Nationale de la sécurité alimentaire (CNSA), révèle dans son enquête que les conséquences des troubles sociopolitiques n’ont fait qu’aggraver la situtaion alimentaire déjà précaires « l’importation de marchandises, y compris de denrées alimentaires, est difficile et la plupart des échanges commerciaux à l’intérieur du pays sont sérieusement entravés. Les prix des denrées alimentaires ne cessent d’augmenter augmentent et affectent lourdement les ménages les plus vulnérables. »

L’enquête révèle que les endroit les plus touché sont le bas Nord-Ouest (qui est passé d’une situation de stress à une situation d’urgence en milieu rural) et en milieu urbain les quartiers très pauvres de Cité Soleil et de Croix-des-Bouquets. Dans les départements classés en situation de crise, l’Artibonite, les Nippes nécessitent une assistance immédiate

En savoir plus sur l’Échelle IPC (Integrated food security Phase Classification) :

Phase 1 :
Accès à une alimentation généralement adéquate et stable avec un risque modéré à faible de tomber graduellement dans des phases supérieures ;

Phase 2 : Insécurité alimentaire modérée / limité
Accès limité à une alimentation adéquate avec un risque élevé et récurrent de tomber graduellement dans la Phase 3, 4 ou 5 (en raison de la probabilité d’évènements adverses et d’une grande vulnérabilité) ;

Phase 3 : Crise alimentaire et des moyens d’existence aiguë
Insuffisance aiguë et critique de l’accès à l’alimentation assortie d’une malnutrition grave et inhabituelle et un épuisement accéléré des avoirs relatifs aux moyens d’existence qui, si la situation se maintient, va faire tomber la population dans la Phase 4 ou 5 et/ou va probablement se traduire par une pauvreté chronique ;

Phase 4 : Urgence humanitaire
Insuffisance grave de l’accès à l’alimentation assortie d’une mortalité excessive, une malnutrition très élevée et en progression et un épuisement irréversible des avoirs relatifs aux moyens d’existence ;

Phase 5 : Famine / Crise humanitaire
Grave perturbation sociale assortie d’un manque total d’accès à l’alimentation et/ou d’autres besoins de base dans laquelle la famine généralisée, la mort et le déplacement sont incontestables.

Source/HaïtiLibre
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top