Haiti

Monde: Le Premier Ministre d’Haïti souhaite une solution durable au « problème migratoire»

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Lors de son intervention devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le chef du gouvernement d’Haït, Ariel Henry, a souhaité qu’une solution durable soit apportée au « problème migratoire », invitant la communauté internationale à améliorer de manière urgente « les conditions d’existence dans les pays pourvoyeurs de réfugiés politiques ou économiques ».  

Ces derniers jours, a relevé le Premier Ministre, « les images du traitement réservé à plusieurs de mes compatriotes à la frontière entre le Mexique et les États-Unis ont choqué plus d’un ».  

Sans contester le droit qu’a tout État souverain de contrôler l’entrée d’étrangers sur son territoire ou de renvoyer dans leur pays d’origine ceux qui y pénètrent illégalement, il a souhaité rappeler que nombre de pays «aujourd’hui prospères » ont été construits par des « vagues successives de migrants et de réfugiés ».  

Les migrations continueront tant qu’il y aura sur notre planète des zones de prospérité, « tandis que la majeure partie de la population mondiale vit dans la précarité, parfois extrême, sans perspective d’une vie meilleure », a averti M. Henry.

Retrouver son fonctionnement normal
M. Henry a salué le thème d’espoir retenu pour cette soixante-seizième session, avant d’affirmer que « seule la solidarité et la coopération entre les peuples » permettra de venir à bout de la pandémie de Covid-19, qui met tous les pays, dont le sien, à rude épreuve.  

Le Premier Ministre a également évoqué son action à la tête du Gouvernement, où il a accédé peu avant l’assassinat du Président Moïse. Il a indiqué que sa priorité est de permettre au pays de retrouver un fonctionnement normal « alors que la quasi-totalité des institutions démocratiques n’existent plus ou sont totalement dysfonctionnelles ».

 Se disant conscient que seul un dialogue avec les partis politiques et les acteurs organisés de la société civile peut conduire à un « consensus suffisant en vue d’assurer la stabilité sociopolitique », il a fait état de rencontres et de discussions avec tous les secteurs de la vie nationale, en vue de l’organisation d’élections générales crédibles, transparentes et inclusives « dans les meilleurs délais ».  

Pour M. Henry, le nouvel « accord politique pour une gouvernance apaisée et efficace de la période intérimaire » constitue une « étape importante » dans le processus de rétablissement de l’état de droit et des institutions démocratiques. Il s’est toutefois déclaré prêt à poursuivre les discussions afin d’étendre le consensus et obtenir l’adhésion d’autres compatriotes à ce projet commun.

Catastrophes naturelles
À la crise politique qui frappe Haïti s’ajoutent les conséquences de catastrophes naturelles à répétition, a poursuivi M. Henry, rappelant qu’après le séisme de 2010 et l’ouragan Mathew de 2016, un puissant tremblement de terre avait, le 14 août dernier, ravagé toute la presqu’île du sud du pays.  

Cette catastrophe a fait au moins 2 207 morts, 344 personnes disparues et plus de 12 268 blessés, tandis que des milliers de maisons ont été détruites ou endommagées, ainsi que des hôpitaux, des écoles, des églises, des ponts et des routes, a précisé le Premier Ministre, qui a salué « l’élan spontané de solidarité » de la communauté internationale.

Au-delà des besoins humanitaires immédiats, il a appelé cette dernière à continuer d’accompagner Haïti dans le processus de reconstruction.

« Il nous faut reconstruire en mieux et de façon plus résiliente pour mieux résister aux aléas climatiques », a plaidé le Premier Ministre, pour qui il importe aussi de permettre une reprise de l’économie et d’attirer des investissements tant nationaux qu’étrangers.  

« Notre population est jeune, elle a besoin d’emplois décents et de meilleures perspectives, a encore souligné M. Henry, qui a conclu sur la nécessité d’un multilatéralisme « fort et toujours renouvelé ».

Remerciements
Au début de son intervention, le Premier Ministre haïtien avait de nouveau remercié l’Assemblée générale pour l’hommage rendu, le 14 juillet dernier, à feu le Président Jovenel Moïse, assassiné une semaine plus tôt.  

Il avait réaffirmé sa détermination à tout mettre en œuvre pour trouver les auteurs, les complices et les commanditaires de ce « crime odieux », ajoutant qu’Haïti avait pour cela sollicité une entraide judiciaire.

Source/ONU Info
Photo/ONU Info
www.anmwe.com

To Top