Haiti

Monde: Le Conseil de sécurité de l’ONU lance un SOS pour cesser d’armer les gangs en Haïti

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

NEW YORK, NY – Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté vendredi à l’unanimité une résolution des États-Unis et du Mexique demandant aux États membres de l’organisation d’interdire le transfert d’armes légères aux gangs sévissant en Haïti, sans aller jusqu’à décider d’un embargo comme l’avait réclamé avec insistance la Chine au cours de la semaine.

Le texte appelle les États membres à interdire le transfert d’armes légères et de petit calibre et de munitions à des acteurs non étatiques engagés dans ou soutenant la violence des gangs, des activités criminelles ou des violations des droits humains en Haïti.

La Chine, qui avait réclamé l’imposition d’un embargo sur les armes légères à destination des gangs en Haïti, a estimé que cette résolution était un avertissement pour ces derniers. Des sanctions individuelles pourraient être prises dans les 90 jours en vertu de la résolution à l’encontre de leurs chefs, a souligné après le vote l’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun.

Le texte aurait pu être meilleur, a-t-il ajouté, estimant cependant qu’il s’agissait d’un bon pas dans le bon sens. Tout au long de la semaine, Pékin était passé à l’offensive pour durcir le texte proposé par les États-Unis et le Mexique, jugé trop mou alors que le pays s’enfonce dans la crise.

Des policiers marchent dans les rues de Port-au-Prince près d’un barrage dressé par des chauffeurs de taxi.
Des policiers tentent de sécuriser un secteur de Port-au-Prince près d’un barrage dressé par des chauffeurs de taxi qui protestent contre la pénurie d’essence en Haïti.

La Chine avait ainsi jugé jeudi qu’un embargo sur les armes contre les gangs criminels était le minimum que le conseil doive faire en réponse à une situation épouvantable.

L’ambassadeur chinois a une nouvelle fois déploré vendredi le vide du pouvoir en Haïti, une situation humanitaire [qui] se détériore et la violence des gangs.

Une rare saisie d’armes au port de Port-au-Prince
Sur le dossier haïtien, Pékin est devenu à l’ONU un acteur de plus en plus important ces dernières années. La raison? Une volonté chinoise de représailles, assurent des diplomates occidentaux, après la reconnaissance de Taïwan par Port-au-Prince.

Pékin dément de son côté établir tout lien entre les deux sujets.

Coïncidence ou pas avec les négociations ardues qui se sont tenues sur le renouvellement de la mission politique onusienne Binuh, les autorités haïtiennes ont procédé à une rare saisie d’armes au port de la capitale, Port-au-Prince.

L’administration haïtienne des douanes a indiqué jeudi soir avoir, dans le premier des 3 conteneurs ciblés, déjà mis la main sur 18 armes de guerre, 4 pistolets de calibre 9 mm, 14 646 cartouches, 140 chargeurs, 1 viseur et 50 000 dollars américains en faux.

Plusieurs mandats d’arrêt ont été délivrés contre des individus suspectés d’être liés à l’arrivée de cette cargaison en Haïti.

Sécurité à renforcer
Outre l’absence d’embargo sur les armes, la Chine n’a pas non plus réussi à imposer le lancement de consultations sur l’envoi en Haïti d’une force de police régionale afin de pacifier le pays.

La résolution se limite à demander à Antonio Guterres d’étudier avec des pays de la région les options possibles pour renforcer la sécurité en Haïti, avec un rapport à remettre le 15 octobre prochain.

Au moins 89 personnes ont été tuées en une semaine dans des affrontements entre gangs à Port-au-Prince, où les prix s’envolent et où les carences de carburant s’aggravent toujours davantage, ce qui menace l’aide humanitaire, cruciale pour les habitants.

La résolution exige la cessation immédiate de la violence des gangs et des activités criminelles. Elle reconduit le mandat de la Binuh jusqu’au 15 juillet 2023.

Source/AFP
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top