News

Monde: L’Armée dominicaine arrête 26 haïtiens arrivés par la mer

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

MANZANILLO, RD – Une patrouille de surveillance de l’armée dominicaine a repéré et arrêté 26 haïtiens sans papiers, qui étaient entrée sur le territoire dominicain à bord d’une vedette rapide par la côte de Manzanillo, dans la province de Monte Cristi (Nord du pays).

Les migrants, 16 hommes, 9 femmes et un bébé de 6 mois, ont été interceptés près de la ville de Copey. Les haïtiens en possession de sacs contenant de la nourriture et de l’eau, ont dit que la personne qui les a transporté à partir de Fort-Liberté, sur la côte Nord-Est d’Haïti, les avaient laissé dans une zone boisée où ils devaient attendre quelqu’un pour les transporter à Santiago et Mao.

Ils ont reconnu que leur intention était d’essayer de se qualifier pour le Plan National de Régularisation des Étrangers (PNRE). La mère du bébé a déclaré qu’elle avait l’intention d’acquérir ses document de régularisation, puis déclarer sa fille comme dominicaine, comme l’on fait d’autres de ses compatriotes. Une méthode inefficace et classique, déjouée chaque fois par les autorités dominicaines. Ils ont également indiqué qu’ils avaient payé entre 5,500 et 6,500 pesos pour venir clandestinement en République dominicaine.

Après leur arrestation, ils ont été amené au siège du dixième bataillon de l’armée à Dajabon, pour être remit aux autorités de l’immigration et être rapatrié en Haïti.

Par ailleurs, ces derniers jours, des centaines de nos compatriotes, munis de cartes d’identité et de certificats de naissance entrent quotidiennement sur le territoire dominicain par la frontière de Dajabón pour tenter de se qualifier au PNRE. Beaucoup d’haïtiens résidant illégalement en République Dominicaine reprochent à ces nouveaux venus compatriotes d’être responsable des troubles qui ont lieu dans les centres de documentation de Santiago, Mao et Dajabón.
Une démarche vaine puisque les demandeurs doivent prouver aux autorités avec des documents et des témoins dominicains, qu’ils vivaient en territoire dominicain depuis au moins le 19 octobre 2011.

Notez que la police dominicaine a arrêté de nombreuses personnes, la plupart de nationalité haïtienne, surprises en train de tenter d’escroquer leurs compatriotes (faux numéro de rendez-vous, vente de place dans les files d’attentes et autres promesses jamais tenues), notamment aux bureaux du PNRE à Santiago, Mao, Puerto Plata et Dajabón.

Source/ HaïtiLibre
Photo/Archives
www.anmwe.com

3

To Top