Haiti

Monde: Guy Philippe pourrait recevoir une peine maximale allant jusqu’à 20 ans de prison

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

MIAMI, Fl – Le Procureur général adjoint intérimaire Kenneth A. Blanco, de la Division criminelle du ministère de la Justice, Benjamin G. Greenberg, agent fédéral adjoint du district sud de la Floride, agent spécial en charge Adolphus P. Wright, de l’US Drug Enforcement Administration (DEA), Miami Field Division , Agent spécial en charge Matthew G. Donahue de la DEA, Division des Caraïbes et agent spécial en charge Kelly R. Jackson Internal Revenue Service, Criminal Investigation (IRS-CI), Miami Field Office, a fait l’annonce.

Ancien haut responsable de la police nationale haïtienne, Guy Philippe a plaidé coupable ce lundi 24 avril aux États-Unis à une accusation de blanchiment d’argent dans le cadre d’un système international de stupéfiants.

Guy Philippe, 49 ans, d’Haïti a comparu devant la juge de district américaine Cecilia M. Altonaga du district sud de la Floride, où il a plaidé coupable à un compte de conspiration pour commettre un blanchiment d’argent découlant de la réception de paiements en espèces provenant du produit des ventes de stupéfiants Cela s’est produit à Miami, en Floride et ailleurs aux États-Unis à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Le défendeur doit être condamné par le juge Altonaga à Miami le 5 juillet 2017.

“En plus de ses autres effets pernicieux, le trafic de drogue corrompt les fonctionnaires et les institutions gouvernementales importantes qui forment le fondement de toute démocratie. Philippe – un ancien haut fonctionnaire de la Police nationale haïtienne – a été payé par les trafiquants de drogue depuis des années, recevant plus de 1,5 million de dollars de paiements de corruption pour la protection des expéditions de drogue », a déclaré le procureur général intérimaire, Blanco. “L’enquête et la poursuite de cette affaire par le ministère depuis plus d’une décennie témoignent de son engagement à poursuivre tous ceux qui facilitent le commerce international de la drogue, y compris les responsables corrompus sur la prise, et qu’il n’y a pas de place pour se cacher du système judiciaire américain . ”

“Après avoir échappé à l’application de la loi depuis plus d’une décennie, le plaidoyer de culpabilité de Guy Philippe démontre l’engagement implacable du gouvernement américain et de nos homologues étrangers à perturber et à démanteler les organisations transnationales de lutte contre le narcotraquement et le blanchiment d’argent”, a déclaré le procureur Greenberg par intérim. “Philippe a mis de côté son devoir de protéger et de servir le peuple d’Haïti. Au lieu de cela, il a abusé de son poste d’autorité en tant qu’agent de police national haïtien de haut rang pour protéger les expéditions de drogue et blanchir le trafic illicite. La poursuite de ceux qui abusent de la confiance du public pour faciliter la conduite criminelle demeure une priorité absolue pour les États-Unis et nos alliés d’application de la loi en Haïti “.

“Il est important que Philippe ait accepté la responsabilité de ses infractions pénales contre les États-Unis et le peuple d’Haïti pour sa participation aux activités criminelles associées au trafic de drogue”, a déclaré l’agent spécial chargé Wright. «Avec la force accrue de nos partenaires de l’application de la loi, tant aux États-Unis qu’à l’étranger. DEA n’abandonnera ni ne cédera jamais à chercher et traduire en justice les responsables du trafic de drogue et le blanchiment de l’argent de la drogue, peu importe combien d’années ils tentent d’échapper à la capture “.

“Cette enquête internationale démontre les possibilités de succès dans l’identification et la production de preuves de poursuite importantes contre les membres des organisations de trafic de drogue, les organisations de blanchiment d’argent et les personnalités publiques corrompues”, a déclaré l’agent spécial en charge Donahue. “Guy Philippe a violé la confiance du public et la confiance des Haïtiens et d’autres personnes dans toute la région des Caraïbes et aux États-Unis, en soutenant et en bénéficiant des organisations de trafic de drogue. L’arrestation de Guy Philippe témoigne de la mission collective de nos agences fédérales et des unités exceptionnelles de police étrangère. La police haïtienne, la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS), est félicitée pour le travail acharné, le dévouement et l’assistance apportés à la communauté internationale de l’application de la loi. Cette enquête envoie un message fort aux organisations criminelles à l’échelle mondiale, que les partenaires de l’application de la loi dans toute la région des Caraïbes orientales ne se reposeront que lorsque ces contrevenants seront traduits en justice “.

“Aujourd’hui, M. Philippe a accepté d’accepter des pots-de-vin lorsqu’il était employé en tant qu’agent de police national haïtien de haut rang et à aider une opération de drogue qui a amené de la cocaïne à Miami”, a déclaré l’agent spécial en charge Jackson. “IRS-CI est ravi que ce fugitif de longue date ait reconnu son rôle dans le complot de blanchiment d’argent et qu’il soit maintenant confronté aux conséquences de ses actes. IRS-CI continuera de travailler avec nos partenaires internationaux chargés de l’application de la loi et fournira notre expertise en matière d’enquête financière pour démanteler ces organisations internationales de lutte contre le trafic de drogue et d’argent.

Selon les admissions faites dans le cadre du plaidoyer, à partir de la fin des années 1990, Philippe a sciemment utilisé son poste d’agent de police national haïtien de haut rang afin de protéger les livraisons de drogue et le trafic de drogue arrivant en Haïti en échange de paiements en espèces. Philippe a admis que d’environ juin 1999 à avril 2003, il a reçu entre 1,5 et 3,5 millions de dollars en pots-de-vin de trafiquants de drogue, sachant que les paiements qu’il a reçus constituaient des produits de ventes de cocaïne qui se sont produits à Miami, en Floride et ailleurs aux États-Unis. Philippe a également admis qu’il a partagé une partie de ces paiements avec les fonctionnaires de la Police nationale haïtienne et d’autres membres du personnel de sécurité afin d’assurer leur soutien continu aux futurs transferts de drogue arrivant en Haïti. Philippe a utilisé ces paiements pour acheter une résidence dans le comté de Broward, en Floride; Et de se soutenir et de soutenir sa famille aux États-Unis.

En outre, Philippe a transféré le produit de la vente de cocaïne, d’un montant de 376 000 $, de banques en Haïti et en Équateur à un compte bancaire commun à Miami. Pour éviter la détection, Philippe a utilisé les noms des autres pour transmettre les fonds à son compte. Philippe a en outre admis qu’il avait prévu que plus de 70 000 $ en produits de drogue soient déposés dans son compte qui ont été effectués dans une série de dépôts de moins de 10 000 $ pour éviter les exigences de déclaration fédérale des États-Unis.

La DEA et l’IRS-CI ont enquêté sur l’affaire. Le Bureau des affaires internationales de la Division criminelle, le Bureau de la sécurité diplomatique, le bureau de pays DEA Port-au-Prince, la Division des champs des Caraïbes, le Groupe de travail fugace des services des maréchaux des États-Unis, le Bureau fédéral des enquêtes, l’immigration et l’application des douanes Enquêtes sur la sécurité intérieure et les opérations d’exécution et de retrait , Et le Bureau des opérations sur le terrain de Miami, des Douanes et de la Protection des frontières, a fourni une assistance dans ce domaine. Les procureurs adjoints des États-Unis, Lynn M. Kirkpatrick et Andy R. Camacho, du district sud de la Floride, et l’avocat principal de première instance, Mark A. Irish, de la Section du blanchiment d’argent et de la récupération des biens de la Division criminelle, poursuivent la poursuite.

Le procureur des États-Unis et nos partenaires fédéraux louent le gouvernement d’Haïti, y compris le ministère de la Justice, la police nationale haïtienne et la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS) pour le respect de la loi et l’aide aux homologues américains.

Cette affaire est le résultat des efforts en cours menés par le Groupe de travail sur l’application des drogues de la criminalité organisée (OCDETF), qui regroupe l’expertise combinée et les compétences uniques des organismes d’application de la loi fédéraux, étatiques et locaux. La mission principale du programme OCDETF est d’identifier, perturber, démanteler et poursuivre les membres de haut niveau du trafic de drogue, du trafic d’armes et des organisations et entreprises de blanchiment d’argent.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Anmwe
Source/Raymond Foster
Photo/Archives
www.anmwe.com

Guy-Philippe

To Top