Haiti

Monde: Charles (Kiko) Saint-Rémy et Arnel Bélizaire sanctionnés pour support aux gangs et trafic de drogue

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

OTTAWA, Canada – Le Canada a mis à jour sa liste de personnalités politiques et économiques sanctionnées. Le vendredi 13 janvier, la ministre des Affaires étrangères canadienne, l’honorable Mélanie Joly, a annoncé que son pays a imposé des sanctions supplémentaires en vertu du Règlement sur les mesures économiques spéciales visant Haïti, ce, en réponse à des actes de corruption à grande échelle alimentant la crise qui sévit dans le pays.

« Ces dernières sanctions visent deux membres de l’élite haïtienne : l’homme d’affaires et associé de l’ancien président Michel Martelly, Charles Saint-Rémy (dit Kiko) et l’ancien député Arnel Bélizaire. Les sanctions leur imposent une interdiction sur les opérations, ce qui a pour effet de geler tout avoir qu’ils pourraient détenir au Canada. Ces personnes sont interdites du territoire canadien en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés. Le Canada a des raisons de croire que ces personnes se servent de leur statut de membres en vue de l’élite en Haïti pour protéger des gangs criminels armés et permettre leurs activités illégales, notamment par le trafic de drogue et d’autres actes de corruption », a précisé Affaires mondiales Canada, soutenant que les personnes sanctionnées doivent cesser de verser des fonds et de fournir des armes aux gangs criminels en Haïti.

Mélanie Joly a assuré que son pays va continuer à soutenir le peuple haïtien et contribuer au rétablissement de la sécurité. « Le Canada poursuit sa lutte contre la corruption en Haïti en imposant davantage de sanctions contre les membres de l’élite qui soutiennent les gangs criminels faisant régner la terreur dans le pays. Le Canada poursuivra sa collaboration avec la communauté internationale pour soutenir le peuple haïtien afin qu’il puisse sortir de cette crise et rétablir la paix et la sécurité dans son pays », a déclaré madame Joly.

Source/Le Nouvelliste
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top