Haiti

Haïti: Toujours pas de pouvoir exécutif en Haïti !

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Plus de trois semaines après l’expiration officielle de l’intérim de Jocelerme Privert à la présidence, Haïti reste dans l’impasse. En l’absence d’une décision parlementaire, attendue mardi 28 juin, le vide institutionnel se prolonge et inquiète les dirigeants du continent.

Pendant de longues heures, les parlementaires ont discuté, négocié, sans jamais parvenir à se mettre d’accord sur grand-chose. Mardi 28 juin, plusieurs d’entre eux – en particulier ceux du Parti haïtien Tèt Kalé – ont abandonné la séance, entraînant une absence de quorum et donc l’impossibilité pour le Parlement d’arrêter une décision sur la prorogation ou non de l’intérim de Jocelerme Privert à la présidence d’Haïti.

Les réactions se sont multipliées après ce nouvel échec. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le président étasunien Barack Obama et le président mexicain Enrique Peña Nieto se sont exprimés au sujet de la crise politique haïtienne. Réunis à Ontario (Canada) où ils participent au Sommet des leaders nord-américains, les trois chefs d’État ont publié une déclaration commune dans laquelle ils se disent “profondément préoccupés” par ce qui se passe en ce moment en Haïti. Regrettant l’absence d’un président démocratiquement élu depuis le 7 février, ils appellent à l’organisation d’élections pacifiques, transparentes et crédibles sans plus tarder, afin de rétablir l’ordre constitutionnel en Haïti.

“Privilégier le dialogue et l’intérêt supérieur du peuple haïtien”

Plusieurs organisations internationales ont également réagi. C’est le cas du Core Group qui demande à tous les acteurs politiques de contribuer à créer les conditions propices à la poursuite du processus électoral. Ce groupe qui rassemble aux côtés de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, Sandra Honoré, les Ambassadeurs de plusieurs pays du continent, celui de l’Union Européenne et le Représentant spécial de l’Organisation des États américains, n’a visiblement guère apprécié l’issue de la séance de l’Assemblée Nationale, dans la nuit de mardi à mercredi. Il a appelé les parlementaires à poursuivre la session de l’Assemblée Nationale pour mettre fin à l’incertitude politique qui prévaut depuis le 14 juin dans le pays.

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie s’est, pour sa part, dit toujours préoccupée par la situation en Haïti. Michaëlle Jean a appelé l’ensemble des acteurs politiques à tout mettre en œuvre pour “privilégier le dialogue et l’intérêt supérieur du peuple haïtien”. “Toute initiative prise dans ce contexte doit œuvrer au parachèvement du processus électoral, dans la plus grande sérénité”, a-t-elle ajouté.

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR EN SAVOIR PLUS

Source/Martinique 1ère
Photo/Archives
www.anmwe.com

Fauteuil-présidentiel

To Top