Crime

Haiti: Tensions à la frontière de Belladère suite à l’assassinat d’un haitien

BELLADÈRE             Les autorités de Belladère ont pris des mesures pour fermer la frontière haitiano-dominicaine au niveau de cette commune après que Ti Louis, un Haïtien ainsi connu, a été assassiné dans la zone frontalière d’Elias Pinas, le 19 février 2015.

1

Ti Louis a été retrouvé décapité, mais ses connaissances dans la zone n’ont pu fournir aucune information.

Ce crime soulève beaucoup de colères chez les habitantes et habitants de Belladère qui demandent que justice soit faite.

Lundi et Vendredi sont deux jours consacrés chaque semaine au marché binational. Mais le vice délégué, Jones Drice Germain, a demandé aux autorités policières, douanières et autres, de fermer la frontière de Belladère.

« Face à cet assassinat, je demande de fermer la frontière de Belladère, jusqu’à ce que les autorités dominicaines prennent leurs responsabilités en arrêtant le coupable et en rendant justice aux membres de la famille de Ti Louis », affirme le vice délégué.

Ce matin du vendredi 20 février, les activités à la frontière sont au point mort et les commerçants et commerçantes n’ont pas fait le déplacement.

Les autorités haïtiennes ont demandé à leurs homologues dominicaines de rapatrier le corps, mais rien n’a encore été fait.

L’Association des jeunes pour le développement local (Ajdl) de Belladère, se dit consternée et affirme sa révolte devant tant d’actes d’assassinats, de lynchages, de pendaisons contre des compatriotes haïtiens, tout en interpellant le gouvernement.

« Ce n’est pas la première fois que ces actes se répètent. Beaucoup de jeunes sont victimes sur la frontière de Belladère », déplore Woolkens Joseph, membre de l’association.

« Il faut que ces actes de barbaries cessent, c’en est trop ! Cela commence à révolter notre conscience, en tant que peuple libre et indépendant. Les autorités haïtiennes ont leur mot à dire sur ce genre de choses », souligne Junior Maindre, un habitant de Belladère.

Parmi les catégories les plus touchées par les violences anti-Haïtiennes, on trouve les commerçants et commerçantes.

« Je ne sais pas quoi faire ! J’ai emprunté 100 000 gourdes à la banque, je dois payer chaque mois une partie de cet argent plus l’intérêt. Lundi 16 février 2015, parce que je n’avais pas encore payé les 100 pesos, une taxe exigée par les autorités dominicaines, ils ont saisi 4 paires de chaussures, valant chacune 750 pesos. Donc avec quoi, je vais payer la banque ? Que l’Etat haïtien s’engage envers son peuple, pour nous aider à faire face à ces tribulations ! », se plaint la commerçante Nadège Casimir.

L’assassinat de Ti Louis à Elias Piñia arrive un peu plus de huit jours après celui de Jean Claude Jean Harry à Santiago. Cette dernière victime a été retrouvée pendue sur une place publique.

Source/Alter Presse

Photo/Archives

www.anmwe.com

1

To Top