Haiti

Haiti: «Shalom» et/ou «Chalòm»

PORT-AU-PRINCE – Jusqu’à preuve du contraire, à l’échelle mondiale, « Shalom » n’est autre qu’un mot hébraïque qu’on peut traduire par « paix ». Ce mot peut substituer à la sérénité d’un individu, à la paix intérieure, au calme et à l’absence de perturbation entre deux entités. Certaines informations portent même à croire que « Shalom » est utilisé comme le salut hébraïque de bienvenue ou de séparation.

Bref, voyons un peu comment Shalom est perçu dans le champ lexical des habitants du pays. En Haïti, la charge sémantique du mot Shalom s’accorde parfaitement aux donnés susmentionnées. Les communautés ecclésiastiques et païennes de notre pays le savent pertinemment. Toutefois, depuis l’année 2013, des expériences miraculeuses d’un célèbre pasteur ont travesti le sens premier de « Chalòm ». Créées par les pratiques prodigieuses d’une minorité, les diverses significations de « chalòm » sont à présent répandues sur tout le territoire national.

La prononciation du Shalom que nos congénères mentionnent dans leur discours ne se différencie nullement de celle qu’on retrouve dans le français. Mais dans son adaptation dans le créole haïtien, « Shalom » devient « Chalòm », les lettres « s » et « o » sont successivement remplacées par « c » et « ò ». Le contenu de quelques reportages et les déclarations de beaucoup de téléspectateurs relatent qu’aucune guérison ne peut avoir lieu à « Shalom » sans son dénominateur commun, les « mille gourdes ». Tout se fait par et pour les mille gourdes.

Témoin de cet incroyable scénario, notre société a subitement dénommé le billet de mille gourdes « chalòm ». De nos jours, il suffit de dire « chalòm » et son interlocuteur saura forcément qu’on parle d’un (ou des) billet (s) de mille gourdes. Exemples : « Menm yon chalòm m pa antre nan biznis lan depi kèk mwa. M p ap ka jere w jodi a » ; « Se pa mwen l ap jwenn, bagay la se no chalòm no lòv » ! Sur un autre angle, « Chalòm » et la monnaie en pièce ou les billets de banque sont synonymes. Exemple : « Sa fè senk semènn depi m yon ti chalòm pa tonbe nan men m. »

Dans ce contexte, le locuteur pourrait remplacer « yon ti chalòm » par « yon ti kòb ». « Chalòm » est également connu comme une assemblée où des accomplissements extraordinaires sont réalisés. Le nom complet de ce lieu mythique est « Shalom Tabernacle de Gloire », mais les habitués (ou tout simplement pour écourter) se contentent de l’appeler « Chalòm ». Exemples : « Se sèl Chalòm w ap jwenn solisyon ak pwoblèm k ap panike w yo » ; « Jodi a m ap rive Chalòm pou m al di Bondye mèsi pou tout sa l fè nan lavi m ». On utilise aussi le terme « Chalòm » en guise d’appellation pour désigner les membres de la « famille Shalom » : les fidèles et responsables de ce tabernacle.

Exemples : « Avanyè m kwaze ak Julner Chalòm, se pa de mèg misye pa mèg non. » ; « Manti w ap bay monchè ! Andrise Chalòm ou di k ap bay payèt la ? » Pour les créolophones vivant en Haïti, le néologisme « Chalòm » présente l’ensemble des propriétés essentielles des mille gourdes, de la paix intérieure, de ce tabernacle de gloire et de ses fidèles.

Cependant, on peut aisément remarquer l’absence de corrélation sémantique entre les différentes utilisations du terme « Chalòm ». Cela prouve comment le sens d’un mot (d’une expression, d’un néologisme) varie en fonction des interlocuteurs et du contexte dans lequel ils s’expriment.

Source/Le Nouvelliste

Photo/Le Nouvelliste

www.anmwe.com

1

To Top