Haiti

Haiti: Manifestation Pétrocaribe, plusieurs milliers de personnes dans les rues

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce dimanche 9 juin 2019 dans les diverses artères de la capitale haitienne réclamant la tenue d’un procès Pétrocaribe et la démission du président Jovenel Moïse.

Un mouvement de plus grande ampleur que la manifestation lancée par des Penteochallengers et supportée par des leaders de l’opposition . Des milliers de manifestants en groupes séparés ont déambulé dans les rues de Port-au-Prince, Delmas ét Pétion ville. Jusqu’à midi la manifestation s’était déroulée dans le calme.

Des barricadées de pneus enflammées ont été érigées dans Plusieurs quartiers par des groupes de manifestants ou des riverains. Les véhicules de transport en commun et privés avaient déserté les rues de la région métropolitaine envahies par les motocyclettes.

Des leaders de l’opposition radicale dont Moïse Jean Charles et André Michel étaient presents dans les rues. L’ex sénateur Steven Benoît est de retour sur le macadam. Il réclame des poursuites contre tous les anciens officiels et entrepreneurs impliqués dans la dillapidation de plus de 4 milliards de dollars.

Il redoute que le tollé sur l’aspect de la Firme Agritrans du président Jovenel Moïse n’occulte les autres cas de corruption.

La grande manifestation pour réclamer le procès Pétrocaribe s’est déroulée dans l’ensemble dans le calme dans plusieurs régions d’Haïti ce dimanche 9 juin 2019. Une foule imposante comptant des milliers de personnes à défilé dans les artères de Delmas, Pétion ville et Port-au-Prince.

Des incidents violents sporadiques ont été enregistrés faisant suite à des slogans menaçants de certains manifestants.

A la rue Capois une ancienne maison a été incendiée par les manifestants qui l’avait identifié comme une propriété du président Jovenel Moïse.

Au champ de Mars dans les parages du Palais National, les forces de l’ordre , qui avsient mis en place un dispositif sécuritaire, ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. Ces derniers ont à chaque fois réagi en lançant des jets de pierres sur les véhicules.

A Delmas des manifestants qui tentaient d’incendier un backhoe loader ont été appréhendés.

Les manifestants sur Delmas et Lalue avaient érigé des barricades avec de grosses pierres, des panneaux publicitaires arrachés et des pylônes. La circulation automobile était pratiquement impossible après le passage de la foule compact de manifestants.

Munis de branches d’armes de nombreux manifestants avaient utilisé des T Shirts pour couvrir leurs visages. Un technique utilisée également par des motocyclistes participants à la manifestation qui avaient dissimulé des numéros de leurs plaques d’matriculation.

La manifestation réclamant un procès Pétrocaribe a été dispersée par les forces de l’ordre au champ de Mars peu après 15 heures ce dimanche 9 juin 2019. Les forces de l’ordre fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les groupes de manifestants qui tentaient de se rassembler sur ce site.

Les manifestants ont réagi en lançant des jets de pierres contre des véhicules et des édifices. Les unités de la police ont renforcee leur contrôle du site en repoussant les groupes de manifestants loin du champ de Mars. Les forces de l’ordre ont pu rapidement déblayer certaines artères facilitant la reprise de la circulation des véhicules.

Toutefois les divers artères de la capitale étaient remplies des restes de barricades notamment des pierres et des pneus.

Des manifestants avsient tenté d’incendier la barrière principale de l’ambassade de France. Dans le même temps une ancienne maison a été incendiée à la rue Capois.

Une patrouille de la Police se trouvait devant le Market Roi des roi partiellement vandalisé. Les policiers ont empêché les manifestants d’incendier l’immeuble.

Toutefois des groupes de militants se trouvaient dans les parages du Champ de Mars, après 16 heures, en dépit d’une faible averse sur la capitale.
Les autorités policières haïtiennes ont fait état d’un bilan partiel de deux morts et de 4 blessés de la manifestation antigouvernentale de ce dimanche 9 juin 2019.

Le porte parole de la Police, le commissaire Michel Ange Louis Jeune, lors d’une conférence de presse au commissariat de Pétion ville, a expliqué qu’une douzaine de véhicules ont été endommagés par des manifestants. Des véhicules et des édifices ont été attaqués avec des jets de pierres par des manifestants en colère.

Les forces de l’ordre ont fait montre de vigilance pour empêcher l’incendie du Market Roi des rois à la rue Capois ét d’un backhoe loader à la Direcrion Departementale de la Police.

Les informations sur le bilan partiel ont été communiquées par le Centre de Renseignement et d’Opération.(CRO) Le commissaire Louis Jeune à fait valoir que les nouvelles données seront communiquées aux médias.

Interrogé sur des actes de violences perpétrés par des policiers contre un manifestant, l’inspecteur divisionnaire, Benjamin Jean Claude, a assuré que l’Inspection Générale dilligentera une enquête sur ce dossier. Il soutient que s’il y a des évidences de violations des droits humains l’information sera communiqué aux médias.

Le porte parole de la Police a indiqué que dans l’ensemble les forces de l’ordre avait assuré la protection des manifestants qui ont pu exprimer leurs opinions.

Source/Radio Métropole Haïti
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top