Haiti

Haiti: Le directeur du RNDDH Pierre Espérance reçoit une lettre contenant une balle

PORT-AU-PRINCE – Mercredi, Pierre Espérance, le Directeur exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), a reçu en son nom, une enveloppe livrée par la Poste au local du RNDDH contenant une lettre de menace accompagnée d’une balle. Dans cette lettre, il serait accusé notamment « d’empêcher que les vrais résultats ne soient publiés »…

Dans une lettre adressée à Me Danton Léger, le Commissaire du Gouvernement du Parquet de Port-au-Prince, Pierre Espérance explique :

« […] Depuis un certain temps, des messages intolérants vis-à-vis de l’organisation dont il est le Directeur Exécutif, circulent sur les réseaux sociaux. Ces messages, n’ont d’ailleurs jamais été pris au sérieux par le RNDDH […] Cependant, aujourd’hui, Pierre Espérance estime de son devoir de vous informer que le 28 décembre 2016, une enveloppe timbrée, à lui adressée, a été livrée par la Poste au local du RNDDH, soit au #9 de la Rue Rivière. Elle contient une balle et une lettre datée du 6 décembre 2016, dans laquelle il est reproché au Directeur Exécutif du RNDDH ‘d’empêcher que les vrais résultats ne soient publiés’.

La Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) a été informé de la réception de cette correspondance et la balle qui y était annexée lui a été remise, pour les analyses balistiques.

[…] Pierre Espérance attire votre attention sur le fait que ces messages arrivent à un moment où, via des médias nationaux, des Parlementaires incitent ouvertement le peuple haïtien à la violence et traitent le RNDDH d’organisation terroriste. […] De plus, ce n’est pas la première fois que le Directeur Exécutif du RNDDH reçoit un document du genre. En effet, le 2 avril 2014, Pierre Espérance avait reçu une lettre de menaces à laquelle était également annexée une balle.

Une lettre de plainte avait été déposée au Parquet près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince le 9 avril 2014. Cependant, aucun acte judiciaire semble n’avoir été posé dans le cadre de ce dossier, qui a été classé sans suite.

[…] L’exposant requiert donc, qu’il vous plaise, Honorable Magistrat, de mettre l’action publique en mouvement contre les auteurs et co-auteurs de ces documents pour menaces écrites anonymes, fait puni par les articles 251 et suivants du Code Pénal […] »

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/HaïtiLibre
Photo/Archives
www.anmwe.com

pierre-esperance

To Top