Haiti

Haiti: Le CSPJ boude l’invitation du Président Jovenel Moïse au Palais national

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Difficile pour les membres du pouvoir judiciaire de digérer les dernières déclarations du chef de l’État à Paris disant qu’il était contraint de reconduire plus de 50 juges corrompus dans l’appareil judiciaire. Invité par Jovenel Moïse lundi matin au Palais national, le CSPJ a boudé la rencontre et fixé ses conditions pour rencontrer le président de la République…

« Nous n’avons pas répondu à l’invitation du président parce que nous n’avions pas eu assez de temps », a fait savoir au Nouvelliste Me Max Élibert, membre du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ). Il a indiqué au journal que le chef de l’État voulait les rencontrer le lundi 18 décembre à 8 heures du matin. Le conseiller a souligné que, dans l’invitation du Palais national, il n’y avait aucun objet et le CSPJ ne savait pas du coup sur quoi le président allait parler.

Toutefois, il a affirmé que le CSPJ n’écarte pas toute possibilité de rencontrer le chef de l’Etat, mais pas à n’importe quelle condition, a précisé Me Max Elibert. « On doit s’entendre sur la date de la rencontre, l’agenda et le lieu… », exige le conseiller du pouvoir judiciaire.

Selon Me Élibert, l’invitation du chef de l’État a été faite de façon cavalière. Les conseillers, a-t-il dit, répondront à l’invitation du locataire du Palais national au moment opportun.

Moins tranchant que la plupart de ses pairs, le président du CSPJ a indiqué dans la presse que l’invitation du président de la République leur est parvenue de façon très tardive, c’est pourquoi les membres du pouvoir judiciaire n’y ont pas répondu, a-t-il dit. « Moi, personnellement, c’est l’ambassadeur Mazile qui m’avait appelé pour me dire qu’il y a une rencontre à 8 heures », a avancé Me Jules Cantave.

Toutefois, le président du pouvoir judiciaire a fait savoir que le CSPJ est prêt à rencontrer le chef de l’État et qu’une lettre sera envoyée au Palais national en ce sens. « Nous allons lui envoyer une lettre pour lui dire que nous sommes prêts à le rencontrer… », a-t-il dit.

Invité lui aussi à rencontrer le chef de l’État lundi matin, le président du Sénat a répondu à l’appel du Palais national. Le sénateur Youri Latortue a indiqué qu’il a exprimé ses désaccords avec Jovenel Moïse sur les dernières déclarations qu’il a faites à Paris. En revanche, le président du Sénat de la République croit que le dialogue entre les pouvoirs de l’Etat doit être permanent.

De retour au pays samedi dernier après sa tournée d’une semaine en France et en Belgique, le chef de l’État avait annoncé qu’il allait rencontrer les membres des deux autres pouvoirs publics (législatif et judiciaire) pour aborder des questions liées aux problèmes du système judiciaire.

À Paris mardi dernier, devant plusieurs centaines de compatriotes accrochés à ses lèvres, le chef de l’État avait déclaré que, sur une liste de juges qui lui a été soumise par le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), des soupçons de corruption pesaient sur une cinquantaine d’entre eux. Il dit avoir été contraint d’approuver la liste sous la pression des grèves des magistrats.

« Le CSPJ m’a confié une liste de juges, car vous savez que c’est le président de la République qui doit signer, a expliqué le chef de l’État. Etant donné que j’avais appris qu’il y avait un vetting en cours, j’attendais le rapport avant de signer. De mes sources, j’ai appris qu’il y avait plus d’une cinquantaine de juges soupçonnés de corruption. J’ai attendu pendant un mois. Il ne m’est jamais parvenu, jusqu’à aujourd’hui. C’est à la radio que j’ai appris que je ne voulais pas publier la liste des juges. Cela a provoqué une grève au niveau de la justice. Je n’avais pas le choix, j’étais obligé de publier la liste… Ce sont les mêmes qui font leur propre vetting, Kase fèy kouvri sa… », avait dit le chef de l’État.

Des déclarations pour lesquelles le président Moïse a reçu bien de critiques de la part de presque tous les secteurs de la société. C’est dans ce contexte que le locataire du Palais national a voulu rencontrer les représentants des pouvoirs législatif et judiciaire.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/RTVC/Le Nouvelliste
Photo/Archives
www.anmwe.com

Jovenel-Moise-CSPJ

To Top