Haiti

Haïti: L’Association professionnelle des banques dénonce les propos violents de Jean-Charles Moïse

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – L’Association professionnelle des banques (Apb) dénonce une violence sans précédent, alimentée par un responsable politique, en l’occurrence le dirigeant du parti politique Pitit Dessalines, Jean-Charles Moïse, à l’encontre des banques établies sur le territoire haïtien, dans une note de protestation dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

L’Apb menace de poursuivre en justice tout dirigeant politique, qui utiliserait son influence pour inciter le peuple à attaquer les banques, mettant en péril la vie des divers employés et biens.

Lors d’une manifestation politique, au Cap-Haïtien (Nord), le lundi 22 août 2022, Jean-Charles Moïse a encouragé la population à fermer les banques commerciales, qu’il qualifie de complices dans la situation socio-économique difficile en Haïti.

Des manifestants ont exprimé des propos extrêmement hostiles et violents aux banques commerciales.

Les incitations à « commettre des actes à caractère criminel sont un procédé dangereux et irresponsable, qui peut déboucher sur une situation anarchique échappant à tout contrôle », prévient l’Apb.

« Lors d’une manifestation, tenue le 22 août 2022, l’homme politique en question a tenu des propos incitant le peuple déjà révolté à nourrir une colère encore plus grande et à prendre pour principaux responsables, les banques et leurs collaborateurs, de tous les problèmes liés à la montée du dollar en Haïti », a rappelé l’Association professionnelle des banques en Haïti.

Plusieurs succursales de la Banque de la république d’Haïti, dans la ville du Cap-Haïtien, la deuxième ville du pays, ont été pointées du doigt et ont essuyé des jets de pierres, lancées, pendant 45 minutes environ, par des manifestantes et manifestants lors des mouvements de protestation du 30 août dernier (2022), organisés par cet « homme politique », déplore l’Apb.

La Banque de la république d’Haïti (Brh) n’est en rien concernée par la hausse du taux de change. Au contraire, les taux sont fixés en fonction des rapports entre l’offre et la demande de la monnaie sur le marché des changes, explique-t-elle.

De plus, les banques commerciales travaillent dans un environnement strict et réglementé, surveillé par la Brh.

L’Association professionnelle des banques invite tous les acteurs de la vie nationale à un dialogue, pour résoudre les problèmes de la société, au lieu d’user de violence qui ne mènera nulle part.

A l’appel de plusieurs organisations socio-politiques, plusieurs citoyennes et citoyens ont manifesté à nouveau, ce lundi 5 septembre 2022, à Port-au-Prince et dans plusieurs autres villes en province, pour dénoncer la criminalité et la terreur, entretenues en toute impunité par les gangs armés, ainsi que la vie chère et la rareté persistante, depuis plusieurs mois, des produits pétroliers en Haïti.

Face à la rareté persistante des produits pétroliers, depuis de nombreux mois, sur le territoire national, 26 millions 500 mille dollars américains ont été injectés, en 10 jours, sur le marché des changes, par la Banque centrale : 5 millions de dollars américains, le jeudi 1er septembre 2022, pour les besoins d’importation des compagnies pétrolières, après 3 millions 500 mille dollars américains le mardi 30 août 2022, 10 millions de dollars américains le jeudi 25 août 2022 et 8 millions de dollars américains le mardi 23 août 2022.

Source/AlterPresse
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top