Haiti

Haiti: La New Human Rights Organization dénonce une «déchéance morale» dans le pays

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – L’organisation New human rights organization (Nehro) invite toutes les forces vives de la nation haïtienne à condamner la « déchéance morale », constatée ces dernières années en Haïti, dans une note de presse en date du lundi 13 mars 2017, transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Elle déplore l’« effritement » des valeurs qui n’invite pas, selon elle, la jeunesse haïtienne, « à réfléchir sur l’état de dégradation de notre environnement, sur le déclin de nos valeurs morales, culturelles et institutionnelles ».

Elle dénonce également les écarts de langage, la vulgarité, l’indécence et le comportement de bas étage enregistrés, lors du carnaval national aux Cayes (Sud), déroulé les dimanche 26, lundi 27 et mardi 28 février 2017.

Pendant ces festivités, l’ancien président Joseph Michel Martelly (de son nom d’artiste Sweet Micky), a proféré des propos obscènes à l’endroit des journalistes Marie Liliane Pierre Paul et Jean Monard Metellus.

« Dans aucune société, des propos grossiers et orduriers ne sauraient être acceptés. (…) Il est temps qu’on se réveille pour sauver ce qui peut être sauvé en Haïti », déclare Nehro.

Elle appelle à un sursaut national pour sauver la dignité de l’être dans le pays.

Dans une lettre ouverte, en date du vendredi 10 mars 2017, l’homme d’affaires, Réginald Boulos a aussi rappelé à Martelly que son ancien statut de chef d’État le commande à agir « en modèles et en leader », afin d’amener la population à se réconcilier.

Diverses organisations ont condamné les incitations à la violence, la débauche juvénile et les injures, à peine violées, à l’encontre des femmes et des jeunes filles, véhiculées lors du carnaval national.

Elles ont lancé une pétition pour demander de freiner la débauche juvénile et la dévalorisation du carnaval et de la culture haïtienne, symbolisées par les propos de Martelly.

Les organisations initiatrices de la pétition sont : Fanm Deside, Solidarite fanm ayisyèn (Sofa), l’Asosyasyon fanm solèy Dayiti (Afasda), le Conseil haïtien des acteurs non étatiques (Conhane) et le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/AlterPresse
Photo/Archives
www.anmwe.com

Krek-Micky

To Top