Haiti

Haïti: Jovenel Moïse « Nous ne pouvons pas construire un avenir pour ce pays par la division»

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Lors d’une entrevue avec l’envoyé spécial de BBC Mundo, le Président Jovenel Moïse, interrogé sur son intention de démissionner a répondu « […] durant les 33 dernières années, nous avons eu 15 présidents, 22 premiers ministres, un grand nombre de cabinets ministériels et plusieurs transitions et nous en sommes toujours à la situation actuelle.

La solution aux problèmes que nous connaissons actuellement n’est pas la démission du Président. La solution réside dans l’unité, la sérénité, le calme et la coexistence […] »

Concernant les détracteurs qui l’accusent d’être l’élément de la division au pays, Moïse a expliqué « […] Le problème dont nous parlons c’est le système, pas une personne […] Cela signifie que ces problèmes ont été mal identifiés. C’est pourquoi maintenant, lorsque je vous parle du système, il est important que tous les haïtiens s’unissent et cherchent à ce que toutes les forces sociales, économiques et politiques actuelles cessent de s’affronter. Nous ne pouvons pas construire un avenir pour ce pays par la division.

Nous avons tous un plan pour sauver Haïti, et nous devons mettre tous ces plans sur la même table, créer un plan qui ne repose pas sur des intérêts particuliers mais sur des intérêts collectifs […] »

Sur le dossier PetroCaribe et les allégations de son implication dans un éventuel détournement de fonds le Chef de l’État rappelle « […] En premier lieu, aucune résolution n’a été signée avec le fonds PetroCaribe sous mon administration. La dernière résolution avec Petrocaribe date de 2016 et je suis arrivé au pouvoir en 2017 […] » ajoutant pour se défense « Avant ma présidence, j’étais l’un des représentants d’une entreprise qui avait un contrat avec l’État haïtien. C’était un contrat signé par la Cour Supérieure des Comptes pour la réparation de 3 km de route. Les travaux ont été effectués à 85% et l’entreprise a reçu 35% des fonds. J’ai démissionné de l’entreprise. Je suis devenu Président et la route est toujours là, vous pouvez aller la visiter. »

Interrogé s’il savait qu’il y avait de la corruption avec le fonds PetroCaribe, Jovenel Moïse botte en touche « […] Je n’ai pas cette réponse. La Cour Supérieure des Comptes mène une enquête. La justice est indépendante et remplit sa tâche qui consiste à établir la vérité absolue afin que les institutions coupables soient jugées […] Je ne peux pas émettre d’opinion maintenant, le pouvoir judiciaire doit faire son travail. En tant que Chef de l’exécutif, j’ai demandé à certaines institutions internationales d’être présentes pour examiner l’affaire.

Quand à l’hypothèse de l’opposition qui affirme que s’il ne démissionne pas il y a un risque de guerre civile en Haïti, le Chef de l’État balaye cet argument affirmant « Le peuple haïtien n’est pas comme ça, il est très pacifique, c’est une population qui aime la Paix, c’est une population qui aime la sérénité. Les haïtiens n’aiment pas la guerre, encore moins si c’est entre nous. Nous ne sommes pas en situation de nous entretuer.»

Source/Haiti Libre
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top