Haiti

Haiti: Des syndicats de chauffeurs dénoncent des manœuvres politiques visant à boycotter la grève

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Des syndicats de chauffeurs dénoncent des manœuvres politiques visant à boycotter le mouvement de grève contre l’impopulaire budget 2017-2018, lors d’une conférence de presse à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Ces manœuvres auraient été réalisées par des agents du pouvoir en place « déguisés en syndicalistes », pour boycotter la journée de grève de ce lundi 2 octobre 2017, indiquent-ils.

Conscients que la réponse à laquelle ils s’attendaient n’était pas au rendez-vous pour la première journée, ils annoncent que la deuxième journée est annulée.

« Nous n’allons pas abandonner. Nous allons mettre en place une stratégie en vue de revenir dans un bref délai, avec un mouvement plus intensifié », insiste Pierre Richard Val.

« Nous continuerons à exiger que le Président Jovenel Moise retire cette loi de finances criminelle », renchérit Jacques Anderson Desroches, secrétaire général du Mouvement unifié des transporteurs d’Haïti (Muth).

Tandis que plusieurs syndicats entendaient maintenir les deux journées de grève, d’autres avaient annoncé la levée de la grève, suite à des pourparlers avec l’Exécutif autour du dossier.

L’homme qui a annoncé l’annulation de la grève à savoir « Joseph Montes est un employé de l’État », affirme Desroches.

Réagissant à ces dénonciations, Joseph affirme qu’il avait l’accord de ces mêmes voix qui s’en prennent à lui aujourd’hui.

Cette attitude des autres syndicats est l’expression de leur déception parce qu’ils n’ont pas réussi à bloquer le pays, avance-t-il.

La veille de la grève, il indique avoir eu des pourparlers avec l’Exécutif et que plusieurs concessions en faveur des secteurs du transport ont été dégagées.

Il soutient que, grâce à lui, les chauffeurs syndiqués n’auront plus à payer 10 mille gourdes d’impôt sur le revenu comme c’était annoncé dans le budget.

L’augmentation du prix des contraventions a été également annulée par l’Exécutif au terme des discussions, informe-t-il.

De plus, au lieu de 1, 000 gourdes, les chauffeurs ne paieront que 250 gourdes pour une matricule fiscale digitalisée.

Le lundi 18 septembre 2017, une autre grève des transports contre le budget 2017/2018, lancée par les syndicats de chauffeurs et appuyée par l’opposition, a été largement respectée dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et plusieurs villes de province.

CLIQUEZ ICI POUR EN SAVOIR PLUS

Source/AlterPresse
Photo/Archives
www.anmwe.com

Pierre-Richard-Val

To Top