Haiti

Haiti: Covid-19. L’état d’Haiti face à des choix!!!

SI OU RENMEN TRAVAY N'AP FE AN RENMEN (Like) NOU SOU FACEBOOK

PORT-AU-PRINCE – Il n’y a pas de consensus encore arrêté sur le traitement du virus . Le taux de contamination vole, les décès suivent. Le monde scientifique surtout occidental est partage entre annonce, deni, démenti, supposition, présupposition, vérité, demi vérité, théorie de complot… Après les cafouillages sur la source ( naturel, animal, création en laboratoire) et la transmission ( de l’animal à l’homme, injection en laboratoire, contamination de masse dans un marché), le monde est seulement informe du code du virus , de la méthode de transmission et du protocole de prise en charge. Les chiffres et les données pleuvent, les observations et les analyses sont disponibles au simple click et largement partagées, des théories s’en suivent (Intubation, ventilateur, Hydroxychloroquine, ” Clorox et Eau de Javel”, tisane et remède maison…)

Nous sommes loin d’un consensus sur le traitement. L’occident fort du poids de ses institutions et de sa science proposerait un vaccin encore en laboratoire. Les prévisions tableraient sur une plage de 6 a 18 mois pour sa disponibilité. Entre temps, l’Afrique noire, Le Madagascar, a mis au point et propose un ” remède préventif et curatif”. Les résultats seraient encourageants, d’après les Malgaches et certains autres pays du vieux continent.

Mais L’occident condescendant, arrogant, fier de la “suprématie” imposée de sa science, combat, à travers ses insitutions et sa presse, l’idée même d’une solution africaine, donc noire, a la pandémie. Bien sur il faut suivre la procédure établie qui est de conduire les essais cliniques avant d’administrer et de commercialiser. Alors pourquoi ne pas tester la proposition Malgache?

En attendant les contaminations augmentent, les décès suivent. Haiti est proche de l’hystérie. Le “cool” haitien observe n’est que facade. Hystérie est souvent synonyme de grande inquiétude et de panique. La panique des peuples est difficilement maitrisable surtout dans les états faibles.

Les annonces de support international (occidental) a Haiti ont pris un brusque envol ces dernières semaines. A ne pas se méprendre, la majorité, comme à l’accoutumée, ne depassera pas le stade de promesses. En ces temps de désastre sanitaire et économique, il faut à la fois projeter une image de puissance humanitaire, du bon voisin solidaire et amadouer la conscience caritative internationale. Et d’autres seront enchainées a des conditionalités programmatiques difficilement harmonisables avec les intérêts de l’Etat d’Haiti.

Entre l’espoir d’un vaccin dans 6 a 18 mois et la disponibilité d’une “solution préventive et curative”, Quelle devrait être la décision de l’Etat d’Haiti?

Fred E. Dennis
Photo/Archives
www.anmwe.com

To Top